Gay / Bisexual Male Youth Suicide Problems
Comments
pierre@
youth-suicide.com
Search
for

Get a Search Engine For Your Web Site

Search This Site Via Google:

This free script provided by JavaScript Kit

Home
Web-Link GLBT
Education
To youth-suicide.com, the site's host.
Gay / Bisexual Male 
Suicidality References:
"Vis-à-Vie*" Article
MHN Badge

Special Issue on "Sexual Orientation" in "Vis-à-vie" by the Quebec Association of Suicidology is now available online.  La revue le Vis-à-vie, vol. 10 nº 2, 2000: Le thème de ce numéro est « Suicide et orientations sexuelles »: Un double tabou. - Orientations homosexuelles ou bisexuelles chez les jeunes présentant des problèmes suicidaires: recherche, problématique et propositions. - La honte d'être. - Mort ou fif, différence assassinée. - Événements suicidaires chez les hommes gais. - Gai écoute, 20 ans d'espoir. - Suicide-Action Montréal et Gai écoute : un projet conjoint de formation et de sensibilisation. - L'intervention dans Chaudière-Appalaches. - Histoire de vie.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Suicidal problems of youth with homosexual or bisexual orientations: research, problems, and proposals.

By Pierre Tremblay and Richard Ramsay

Translated into French and published in Vis-à-Vie. The article appeared in the 2000 October issue of «Vis-à-vie», le journal de l'Association Québécoise de Suicidologie, as part of a special issue on  «Sexual Orientation and Suicide» :  «Orientation Sexuelle et Suicide».

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...URLs For Referenced Papers

Bagley C, Tremblay P (1998). On the prevalence of homosexuality and bisexuality in a random community survey of 750 men aged 18 to 27. The Journal of Homosexuality, 36(2), 1-18. Internet Availability: - homodemo.htm .

Bagley C, Tremblay P (1997). Suicidal behaviors in homosexual and bisexual males. Crisis, 18(1), 24-34. Internet Availability: - suicide.htm .

Tremblay P, with Ramsay R (2000). The social construction of male homosexuality and related suicide problems: research proposals for the twenty first century. Paper presented at the Sociological Symposium on Suicide, San Diego State University, March, 2000. A part of an updated version of the paper was presented at the Gay Men's Health Summit in Boulder, Colorado (July, 2000). Internet Availability: - gay-youth-suicide-san-diego.htm . Updated paper in 2004. Alternate link.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...French References on Gay, Lesbian and Bisexual Youth Suicide Problems.

Beck F, Firdion J-M, Legleye S, Schiltz M-A (2014). Les minorités sexuelles face au risque suicidaire. Acquis des sciences sociales et perspectives. [Nouvelle édition 2014]. Saint-Denis, France : Inpes, coll. Santé en action, 2014 : 140 pages. PDF Download.
Dorais, Michel (2000)
. MORT OU FIF: Contextes et mobiles de tentatives de suicide chez des adolescents et jeunes hommes homosexuels ou identifiés comme tels. Et  perspectives de prevention. Québec: Université Laval. 120 pages.

Dorais, Michel (2000). Préfère t-on encore les voir morts? le suicide chez les jeunes qui vivent l'homosexualité. [Do we still wish their deaths? Suicide problems of homosexually oriented youth.]  Internet: http://www.multisexualites-et-sida.org/yapasque/suicide.html . In Daniel Welzer-Lang, Ed.. Nouvelles approches des hommes et du masculin. Toulouse, France: Presses Universitaires du Mirail.

Dorais, Michel (2000). Le dernier tabou : la diversité sexuelle. Texte de la conférence de M. Michel Dorais présentée au Conseil Général de la CSQ le mercredi 6 décembre 2000. 

Dorais, Michel (1998). Les jeunes hommes homosexuels ou bisexuels: parmi les plus à risque de suicide. [Young gay and bisexual males: among the most at risk for suicide.] Vis-à-Vie, 8(2). Internet: - http://www.aqps.info/docs/vav/v08/v08n2-02.html N/A Archive.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Une raison pour penser au suicide? "Oui, je me suis mis à aimer les gars autrement que par de l'amitié. Je ne les aimais pas tous, mais certains d'entre eux commençaient à m'intimider, à me mettre à l'envers. Je peux vous dire que je m'en suis posé des questions à cette période : pourquoi moi? Qu'est-ce qui m'arrive? Pourquoi ne suis-je pas comme tout le monde? Moi un fif?? Ouais, c'est comme ça qu'on dit au Québec : les « fifs », les « tapettes », les « moumounes », etc. Mais je ne voudrais pas trop vous donner de ce vocabulaire stupide. Je souhaiterais plutôt que ces mots disparaissent à jamais de notre langage. Oui, ils m'ont fait souffrir ces mots. Jamais personne ne me les a dit à moi personnellement, mais je les entendais à tout moment, à chaque fois qu'un gars faisait quelque chose de nul, de faible ou de trop « féminin » pour lui. Alors quelle perception devais-je avoir de moi-même plus tard? Quelle idée pensez-vous que j'avais moi-même à l'esprit lorsque je me suis rendu compte que je n'aimais pas les filles mais bel et bien les garçons?" (Benito (2007): La condition des homosexuels au Québec)

Jeune et homo sous le regard des autres : un outil de lutte contre l’homophobie et prévention du suicide chez les jeunes homosexuels (Videos, 2010).

Internet References:

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Quebec: - «T'es pas seul! » — Gai Écoute offre d’en parler! (2012): Gai Écoute, profite de la semaine de prévention du suicide pour rappeler aux personnes qui vivent une période difficile en relation avec l'orientation sexuelle qu'elles ne sont pas seules. Avoir l'impression d'être seul dans la vie avec un immense secret et de ne pas pouvoir en parler demeure encore une difficulté pour plusieurs personnes homosexuelles. Mais, il y a l'option de parler avec une autre personne homosexuelle, de manière anonyme et confidentielle; un service offert par Gai Écoute. -
Survivre au suicide de son fils homosexuel (2013): Derek avait 19 ans lorsqu’il a choisi de mettre fin à ses jours. Il n’arrivait pas à assumer son homosexualité. Sa mère, Grace Renaud, ouvre son cœur sur le plus grand chagrin qu’une mère peut vivre. «Il était tellement centré sur ce que les autres pouvaient penser de lui, avoue sa mère. Je savais qu’il était homosexuel depuis qu’il était tout petit. J’avais déjà avancé le sujet avec lui, mais il était fermé. Lui dire que je pensais qu’il était gai, c’était de s’attaquer à sa virilité. Je ne pouvais rien faire tant qu’il ne m’ouvrait pas de porte.» Malheureusement, Derek s’est enlevé la vie par pendaison le 17 mars 2009.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Déficiente, la prévention du suicide chez les gais (2004): "Si l'on souhaite un jour franchement s'attaquer à la question du suicide au Québec, il faudra commencer par cerner l'une de ses cibles les plus vulnérables, les homosexuels." Préfère-t-on encore les voir morts ? ou Le suicide chez les jeunes qui vivent l'homosexualité (2000). - Le suicide chez les gais et lesbiennes Suicide-Action Montréal s'implique davantage. - Le phénomène du suicide au Québec et l'homosexualité (2001): "On ne peut parler d’homosexualité sans mentionner l’homophobie. On sait maintenant avec certitude que le fait d’avoir à vivre le harcèlement répété des homophobes à leur endroit est une cause très importante de tentative de suicide, chez les jeunes garçons en particulier. L’homophobie est très répandue : un autre problème de société." - L’urgence d’agir: La prévention du suicide chez les personnes homosexuelles: Une question de santé mentale: Rapport d’un groupe de réflexion initié par Gai Écoute (2004, PDF Download). - Gai Écoute propose une nouvelle approche de prévention du suicide chez les personnes homosexuelles (2005): Monsieur Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute, rappelle en effet " qu’il n’est pas correct de faire une relation directe entre l’orientation homosexuelle et le suicide. Toutefois, des personnes homosexuelles peuvent être à risque élevé de suicide à un moment précis de leur vie, celui de la découverte et de la prise de conscience de leur différence. Cette période est caractérisée par une crise d’identité en rapport avec l’orientation sexuelle, se manifestant par un questionnement, un inconfort, un stress et une anxiété qui poussent à l’isolement. "

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Préfère-t-on encore les voir morts ? ou Le suicide chez les jeunes qui vivent l’homosexualité (2010, par Michel Dorais): Plus que les autres jeunes, les jeunes hommes d’orientation homosexuelle ou bisexuelle représentent donc un sous-groupe d’individus dont la vulnérabilité est accrue par le simple fait d’appartenir à trois catégories de personnes à haut risque suicidaire : celui des jeunes, celui des hommes et celui des personnes ayant un attrait pour des partenaires de même sexe. Cela dit, quelle que soit la proportion exacte du phénomène chez les jeunes homosexuels ou bisexuel, beaucoup de travail reste à faire pour comprendre les conditions et les processus qui les mènent à songer au suicide ou à attenter à leur vie, tellement pauvre est la recherche auprès de cette clientèle au Canada, et plus encore au Québec... Il y a aussi la nécessité de développer la recherche sur les jeunes qui vivent l’homosexualité face au suicide. Si la recherche en matière d’homosexualité n’est plus aussi taboue, elle demeure presque uniquement reliée au sida. Cela est nettement insuffisant. Il est urgent d’élargir le champ des investigations et des connaissances portant sur 1homosexualité, le lesbianisme ou la bisexualité. Nous connaissons encore très peu de choses du vécu des jeunes qui vivent l’homosexualité et sur leurs facteurs de risque, notamment en matière de suicide. Enfin, en raison du silence qui a longtemps prévalu sur cette question dans la formation professionnelle, il y a un rattrapage à effectuer sur le plan de connaissances concernant les clientèles et les communautés gaies et lesbiennes. Depuis quelques années, le ministère de la Santé et des Services sociaux, via le Centre québécois de coordination sur le sida, a entrepris des projets novateurs en ce sens. Il est à souhaiter que de telles initiatives aient des suites et soient imitées partout où cela est requis ; ainsi, le silence des milieux universitaires sur les réalités homosexuelles demeure lourd de conséquence sur le plan des compétences et habiletés des aidants.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Chamberland L, Bédard I (2013). Les jeunes des minorités sexuelles - Le risque suicidaire. Revue du CRMIS, 6(1), Printemps. Full Text. Les résultats de ces recherches fournissent certaines pistes d’action relativement à l’intervention et à la prévention du suicide chez les jeunes de minorités sexuelles. Ainsi, s’il est incontournable d’aider le jeune à surmonter la crise identitaire qu’il vit, il importe de prendre également en compte son environnement, ses rapports avec sa famille et ses expériences en milieu scolaire afin d’identifier les personnes qui pourraient lui offrir du soutien. Le dévoilement de l’orientation sexuelle apparaît comme un moment critique. Les intervenant(e)s pourraient accompagner le jeune dans sa démarche en lui fournissant des outils efficaces pour qu’il prenne des décisions personnelles et réfléchies quant à son coming out et qu’il développe ses habiletés de communication. Dans la mesure du possible, il serait souhaitable d’intervenir auprès de son entourage, en offrant, par exemple, un soutien aux parents qui peuvent éprouver du désarroi et de la culpabilité... À plus long terme, la prévention du suicide chez les jeunes de minorités sexuelles passe par la lutte contre l’homophobie au plan sociétal et par la création de milieux de vie qui soient non seulement sécuritaires, c’est-à-dire exempts de manifestations d’homophobie, mais accueillants et porteurs de messages positifs sur la diversité sexuelle et de genre.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...L’homophobie et les tentatives de suicide et la résilience chez les jeunes LGBTQ. Sous la direction de Michel Dorais et Line Chamberland. Service social, Volume 59, numéro 1, 2013, p. 1-144. Full Text.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Du Nord-du-Québec à Montréal, ça persiste : l’homosexualité et le suicide chez les jeunes (to 2013). Voilà quelques exemples réels démontrant le tabou entourant aujourd’hui encore l’homosexualité autant dans les populations urbaines que régionales. Il faut savoir que dernièrement, plusieurs initiatives populaires ont vu le jour dans le but d’enrayer les risques de suicide dangereusement plus élevés chez les jeunes de la communauté LGBTQ. Si on doit une fière chandelle aux organismes comme Gai Écoute, The Trevor Project – It Gets Better, GRIS et AGIR (Action gay, lesbienne, bisexuelle, transexuelle et queer pour immigrants et réfugiés), on doit aussi travailler toujours plus fort pour limiter les stéréotypes et favoriser l’inclusion sociale des jeunes LGBTQ.

Vivre son homosexualité en région (2012): Le GRIS reçoit beaucoup d’appels à l’aide. De personnes souffrantes, dont certaines songent même au suicide à cause de l’homophobie qu’ils vivent ou parce qu’elles n’acceptent pas elles-mêmes leur homosexualité, ont peur de révéler leur homosexualité. «Même si les mentalités évoluent, la personne homosexuelle ou lesbienne se met souvent elle-même dans un carcan, vit une double vie et se cache dans une deuxième identité. Le conjoint, Mario, devient alors Marie (ou Julie devient Jules) pour les collègues de travail. Se cacher à soi-même et aux autres pour vivre, c’est souffrant. Si tout le monde se cache, moins les gens en verront et plus nous continuerons de paraître différent à leurs yeux», poursuit Nathalie Niquette.

Risque de suicide plus élevé chez les jeunes s'identifiant comme gais, lesbiennes ou bisexuels: L'attraction et les comportements sexuels entre personnes du même sexe, des facteurs moins cruciaux que l'auto-identification (2010): Les chercheurs ont distribué un questionnaire détaillé dans 14 écoles secondaires de la région de Montréal, à environ 1 900 élèves qui y ont répondu sous le couvert de l'anonymat. Ils ont constaté que les adolescents qui s'identifiaient comme gais, lesbiennes ou bisexuels, ou ceux qui étaient incertains de leur identité sexuelle, présentaient un risque plus élevé d'idéation ou de tentatives de suicide. Par ailleurs, les adolescents éprouvant une attraction envers des personnes du même sexe ou ayant vécu des expériences homosexuelles – mais se percevant comme hétérosexuels – ne présentaient pas un risque plus élevé que la population dans son ensemble.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Décès, suicide et homosexualité (2010): J'utilise rarement ce blogue à des fins personnelles, mais aujourd'hui, je ressens le besoin de parler d'une problématique qui vient de renverser ma vie: la mort d'une personne proche par suicide...Je choisis d'en parler ici sur ce blogue, car cet ami était gai. J'en parle, car il n'avait jamais réellement accepté le fait qu'il soit gai. Encore dans la dernière année, il m'avait questionné sur les thérapies qui proposaient aux personnes homosexuelles de devenir hétérosexuelle. Cet ami vivait un mal-être profond depuis les dix dernières années et croyait que s'il avait été hétérosexuel, la vie aurait été plus facile pour lui... Il serait malhonnête de ma part de vous dire que cet ami s'est suicidé parce qu'il était gai. Son homosexualité a contribué à son mal-être, ça, c'est évident, mais toute une panoplie d'autres éléments est entrée en ligne de compte. En ce moment, je suis beaucoup dans le "j'aurais dû...", "j'aurais pu...", "pourquoi j'ai pas...". Ce décès me ramène à ma propre impuissance...

Jeunes gais et lesbiennes: Traiter l'anxiété, prévenir le suicide (2010): Sexual Orientation and Gender Identity in Youth (en anglais) - Article publié dans la Revue canadienne de psychiatrie. Renaud J, Berlim MT, Begolli M, McGirr A, Turecki G (2010). Sexual orientation and gender identity in youth suicide victims: an exploratory study. Canadian Journal of Psychiatry, 55(1): 29-34. PubMed Abstract. Full Text. - A 2013 paper - plus online information - that reverses a major conclusion of the Renaud et al. paper. Sexual minority adolescents are at greater risk for suicide.
 
Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Mieux vaut être mort que gay: Le suicide chez les jeunes et la discrimination dans un monde hétérosexuel (2004-2005). - Établir des ponts entre les professionnels de la santé et la communauté LGBT (2004-2005).  - Les hommes gais sont-ils plus à risque de suicide? (2008). - Le suicide n'est pas une option: Changeons les mentalité (PDF). - Etude canadienne: risque de suicide plus élevé chez les ados lesbiennes. - Réalité et vécus des lesbiennes au Québec (PDF N/A): La lesbophobie est à l’origine d’isolement social et elle se répercute sur la santé mentale des lesbiennes notamment par de la dépression, des toxicomanies et même, des tentativesde suicide; Les jeunes lesbiennes et gais sont deux à trois fois plus susceptibles de se suicider que les adolescents hétérosexuels* et on estime qu’ils représentent jusqu’à 40 p. 100 des jeunes de la rue*; ... - Société canadienne de pédiatrie N/A (Alternate Link): L’orientation sexuelle des adolescents (2008, 2013) (2008, Alternate Link). - L’orientation sexuelle de l’adolescent : Ce que les parents devraient savoir (2008, 2011) (2008, Alternate Link).

Quebec was the first major jurisdiction in North America (province, state, or country) to include "sexual orientation in their charter of rights (1977). Homophobia and related abuses remain rampant, however, as reported in Quand l'autre en soi grandit: les difficultés à vivre l'homosexualité à l'adolescence - Bill Ryan et Jean-Yves Frappier (1995, L'adolescence: une réalité méconnue). French Canadian GLBT adolescents have all the problems of their English counterparts, including attending highly homo-negative schools where administrations have gone as far as stating: "We do not want any homosexuals here!" "Peu après, une travailleuse sociale contactée par Pierre et sa famille recevra le même type de réponse de la part de la direction de l'école: "On ne veut pas d'homosexuels ici!" Quebec and Alberta have a history of having the highest youth suicide rates in Canada. - Suicide an ongoing issue in the gay community (2002): A study, requested by Gai Écoute and conducted in 2000 by Michel Dorais, Ph.D., entitled ÔMort ou fif,' remains the main tool in understanding young gay men and the reasons that push them to commit suicide. The study finds lack of social integration to be one of several factors. - L’homosexualité vue par les Québécoises et les Québécois (1998): Les trois quarts de la population se disent ouverts et tolérants. - Suicide and GLB Youth - A document prepared by Project 10 of Montreal exploring the psycho-social and counselling issues related to suicide among gay, lesbian and bisexual youth N/A (PDF Download Available). - Suicide et homosexualité  N/A [RG, Montréal, 2006].

Suicide et homosexualité : t’es pas seul! Gai Écoute offre une autre option : en parler! (2012). - L’homophobie tue-t-elle nos jeunes? (2013): Il y a plusieurs années, alors que ma fille était adolescente, elle me téléphona en pleurs pour m’annoncer le suicide d’un de ses amis. Il était gai. Elle ne comprenait pas que quelqu’un se suicide en raison de son orientation sexuelle. Mon cœur de mère empathique avait mal pour ma fille mais surtout pour cet adolescent pour qui la vie s’était terminé si abruptement. Quel était son mal de vivre, sa douleur ?  Je ne crois pas que ce soit l’homosexualité qui tue mais plutôt  l’homophobie.  Il y a  14 ans déjà et rien n’a vraiment changé…

Avril 2002 (Must Scroll): "Un sondage en ligne réalisé par Citegay.com propose quelques données chiffrées sur la perception de l'homosexualité durant l'adolescence. Sur 6308 votes, 5,8% considèrent que la perception de leur homosexualité les ont amené à tenter de se suicider, 10,4% disent avoir envisagé le suicide. La perception de leur homosexualité fut une cause de souffrance pour 54,1% ( soit 3410 personnes). Pour seulement 12,6% de personnes participant au sondage, elle fut source d'épanouissement. Pour 10,7 %, la perception de leur homosexualité durant leur adolescence leur fut indifférente... Qui oserait dire que l'homosexualité ne pose pas problème chez les jeunes, et qu'une "homosexualité" traitée à l'école n'est pas une urgence sociale?" - Adolescence et homosexualité: souffrance, tabou social et inertie éducative (2005): "...ton homosexualité...a été une cause de souffrance: 53.4%"

Lajeunesse, Simon Louis (2001). Du stigmate homosexuel au suicide égofataliste. Mémoire, Département de sociologie, Faculté des sciences sociales, I'Université Laval. PDF Download. Il est possible en utilisant les théories d'Erving Goffman et d'Howard Becker sur la stigmatisation et la création d'une culture de l'exclusion de comprendre et d'analyser la situation sociale des jeunes hommes homosexuels ou identifies comme tels. De même, nous pouvons étendre, du monde du travail a la société en général puis à la population homosexuelle, les analyses des phénomènes de mobbing avancées par Heinz Leymann. L'analyse des phénomènes sexo-sociologiques associés à cette minorité sexuelle nous permet de mieux comprendre ces hommes. De plus, l'enquête de terrain Mort ou fif nous permet de comprendre la réalite des jeunes hommes en question, d'interpréter leurs scénarios de vie dont I'échec possible est une eventuelle tentative de suicide. Ceci-fera, dans un dernier temps, l'objet d'analyse dans laquelle nous appliquons la typologie durkheimienne des suicides. 

Mort ou Fif: Contexte et mobiles de tentatives de suicide chez les adolescents et jeunes hommes homosexuels ou identifiés comme tels. Excerpts: Nicolas était depuis des années la cible de propos blessants et homophobes... (2001). - Les adolescents homosexuels: profils et scénarios: Deux profils (2001). - Dans « Mort ou fif » (2004) (« fif » est l'équivalent de « pédé » en québécois), après avoir recueilli des témoignages de jeunes homosexuels qui parlent de leurs tentatives de suicide, le chercheur québécois Michel Dorais analyse le motif et le contexte de ces actes de désespoir. - Homsexualité et Suicide: Michel Dorais: Mort ou fif: La face cachée du suicide chez les garçons (2004). - État de la question et pistes de prévention: Synthèse de la journée d’étude organisée le 17 juillet 2001 (PDF Download) (Related Information): Les jeunes gays et le suicide, Michel Dorais. - Mort ou fif (2007, Must Scroll): "Tous les jeunes qui découvrent leur homosexualité ne font pas une tentative de suicide. Mais cette circonstance multiplie par 16 le risque de passage à l’acte. Il n’y a rien d’étonnant à cela, tant la stigmatisation sociale est encore forte concernant cette orientation sexuelle. Chaque année, des dizaines de jeunes continuent de mourir parce qu’ils se croient seuls au monde ou monstrueux et sont victimes de l’intolérance, de l’incompréhension et, pour tout dire, de la bêtise de leurs contemporains..." - Les jeunes homosexuels ont le mal de vivre (2009). - Le suicide chez les jeunes adultes homosexuels (2001). - Mort ou fif? Pour trop de jeunes homosexuels, le suicide apparaît comme la solution au cauchemar de leur vie (2005). 

Le rejet social tue parfois (2001): Conférence sur le suicide et les jeunes hommes, le mercredi 14 février, au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack. "La conférence du Groupe de prévention du suicide, intitulée: ""Quand t'es seul au monde": rejet social et suicide chez les jeunes hommes"..." - Masculinisme et suicide chez les hommes (2003). - Suicide (1998): "J'entends montrer dans ce bref article que les jeunes qui vivent l'homosexualité présentent de multiples facteurs de risque en ce qui concerne le suicide. Bien sûr, cela ne signifie pas que tous les jeunes qui vivent l'homosexualité ou qui s'identifient comme étant homosexuels deviennent tous suicidaires, mais que cette population présente des caractéristiques reconnues pour accroître la vulnérabilité personnelle et sociale..."

Pas facile d'afficher son homosexualité sans choquer (2007): Quelque temps plus tard, il tenta de s'enlever la vie en bouchant le tuyau d'échappement de sa voiture. "L'intervenante a rappelé trois fois pour me garder éveillé. Une fois à l'hôpital, on m'a dit que si les secours étaient arrivés 15 minutes plus tard, c'était fini", confie Marc. Marie-Line St-Arnaud, directrice générale de Suicide Alerte, confirme que le rejet et les pressions sociales rendent les homosexuels plus vulnérables aux tentatives de suicide. "Il y a plus de détresse et les homosexuels sont confrontés à de nombreux stéréotypes et préjugés. Nous tenterons de l'aider dans l'immédiat, mais la personne devra aller chercher de l'aide", dit-elle...

Le phénomène du suicide chez les jeunes hommes (1999): "L'auteure traite ce délicat sujet en exploitant des entrevues de trois jeunes hommes dont deux sont homosexuels. On pourrait s'étonner de l'insistance mise sur l'homosexualité comme facteur déterminant. En fait, ces propos rejoignent des études qui montrent que les homosexuels, les victimes d'agressions sexuelles et les autochtones sont les principaux candidats au suicide..." - Suicide chez les jeunes homosexuels : Le cercle vicieux (2000). - Comment les parents peuvent contribuer à la prévention du suicide et à la lutte contre l’homophobie auprès de leur enfant et dans leur milieu (2004, PDF).

From "Index N/A" - L'hebdo gai du Québec - October, 98 - Two suicide related articles: La corde au cou and L’homosexualité: facteur de risque, oui ou non?  Cases are noted to reveal that French Canadian gay boys are also attempting suicide for reasons related to their sexual orientation: lack of self-acceptance to abuse by others. One - Pierre - totaled a car in his attempt to kill himself by driving a car at 140 k/hr down a 150-feet embankment and a seat belt was not being used in the hope that death would result. Projet 10 - reports dealing with 10 to 15 suicide attempters per year, while a youth group - Jeunesse Lambda - somewhat minimized the problem. In an inadvertent way, however, the youth group had presented Pierre (suicide attempt described above) with a situation which precipitated his decision to kill himself. [In Calgary, in 1996 or 1997 - a male had attended a GLB youth group once and, soon after, committed suicide.] -  Carrefour Intervention Suicide (Québec) (2000). - La problématique du suicide dans les populations gaie, lesbienne et bisexuelle (1998).

L'expérience de 3 policiers gais au Service de Police de Montréal - 1996: Gaétan a l’impression d’avoir toujours su et accepté son homosexualité mais n’est pas encore tout à fait à l’aise de l’affirmer et de l’assumer. Il n’en a jamais parlé avant l’âge de 20 ans. De 21 à 25 ans, il vit en amour avec son chum, incognito. Double vie, secrets, mensonges: l’enfer ! En mars 1995, il étouffe, incapable de continuer à vivre caché, de mentir à ses confrères. Il envisage le suicide ; l’alternative est absolue : mourir ou changer. Il consulte un psychologue qui lui recommande fortement de se taire et de demeurer clandestin au sein du SPCUM. Poussé par son instinct de survie, Gaétan se confie quand même à Lynda qui fut longtemps amoureuse de lui et à un policier, son meilleur ami depuis l’Institut [de Police du Québec]. Leur écoute chaleureuse et leur acceptation inconditionnelle lui redonnent confiance. Avec sa mère et sa soeur, c’est différent et très pénible : Gaétan dégringole (les choses se sont rétablies depuis). Mais, contre toute attente, son frère l’accueille sans réserve : Gaétan remonte. Deux ateliers d’affirmation de soi et d’estime de soi avec un groupe d’hommes gais lui redonnent des forces et lui permettront de devenir membre de l’APPGQ en octobre 1995 et d’annoncer récemment son homosexualité à son supérieur immédiat et à quelques policiers. Aujourd’hui, malgré quelques épisodes d’appréhension devant l’avenir et la crainte du rejet par ses confrères, Gaétan se sent grisé par sa nouvelle liberté et ne voudrait pour rien au monde revenir en arrière.

Le suicide et l'homosexualité (1999). - Le suicide chez les jeunes hommes homosexuels (2001, Alternate Link). - Le suicide chez les gais et lesbiennes (1999). - Le suicide chez les jeunes gais: Gai Écoute à l’origine de la première recherche québécoise portant sur le suicide chez les jeunes gais et bisexuels (1999). - Une réalité à reconnaître: le suicide chez les jeunes gais (2000, 2002). - Vous (Claude Charron) avez fait un reportage percutant sur le suicide chez les jeunes gais.Et vous êtes associé à l’organisme Gai Ecoute. C’est important pour vous? (2001).  - Histoire de vie (2002): "Je voudrais tellement être comme tout le monde, avoir femme et enfants, mais les hommes m'attirent...Au début de la vingtaine, des pro-blèmes de santé mentale se révèlent de plus en plus chez Denis. Il devient étrange et imprévisible. Les membres de sa famille sont inquiets, on le sent souffrir beaucoup moralement. Durant deux ou trois ans, ses proches le voient dégringoler, jusqu'au jour où il devra être hospitalisé en psychiatrie. Là, on conclut à un diagnostic de schizophrénie. À partir du début de la vingtaine et jusqu'à sa mort, Denis sera épisodiquement suivi en psychiatrie. Régulièrement, il devra faire de nouveaux séjours à l'hôpital psychiatrique...La confusion sur son orientation sexuelle : un obstacle à la « normalité » de Denis... Pour Denis, vivre une vie « normale », c'est entretenir des rapports amoureux avec une personne de l'autre sexe. Au-dedans de lui-même, il n'en est pas moins confronté à la réalité complexe et ambivalente de sa libido. Son orientation sexuelle est confuse. Tout comme il a aimé avoir des relations hétérosexuelles, les hommes l'attirent et l'excitent... Deux ou trois ans avant de se suicider, il forme un couple avec un jeune homme et il fréquente des bars gais. À ses proches, il révèle alors clairement ses tendances. Cette expérience de vie commune se termine au bout de quelques mois. Selon sa famille, « ...c'était difficile à vivre pour Denis d'être ainsi tiraillé sexuellement et de ne pas répondre aux normes de la société ».

Le suicide chez les gais; la Cohorte Oméga signale de nouvelles statistiques qui soulèvent des inquiétudes (2002): "La haute prévalence des idées suicidaires et des tentatives de suicide chez les hommes gais montréalais ainsi que les liens observés entre ces événements et l'acceptation personnelle et sociale de leur orientation sexuelle, soulignent l'urgence d'inclure ces préoccupations de façon formelle aux priorités de santé», termine le communiqué."  - Forte tendance suicidaire chez les homosexuels (2000): (Must Scroll) Pas moins de 36% des hommes homosexuels participant à un vaste ensemble de recherches sur le sida ont déjà tenté de s'enlever la vie, révèle la première étude québécoise qui établit des liens évidents entre l'homosexualité et l'incidence du suicide... Plus encore, près de 72% des participants ont pensé au moins une fois en finir avec la vie, révèle l'étude." - Suicide et coming-out chez les gais et bisexuels montréalais.  Ya-t-il un lien? (2001) "Parmi nos participants [Cohorte Oméga], 71,3 % déclarent qu’il leur est arrivé au moins une fois d’avoir des idées suicidaires (23,5 %, une seule fois et  47,8 %, plus d’une fois). L’âge moyen à ce premier événement est de 19 ans (18,7 ans) alors que chez ceux qui rapportent avoir songé à se suicider plus d’une fois, l’âge moyen au dernier événement est de 30 ans (29,9 ans)." - Taux record de tentatives de suicide chez les homosexuels (2000).

L'affaire Pinard (2001): "Le 15 mars 2000, monsieur Daniel Pinard... faisait publiquement son ''coming-out'' à l'émission Les Francs Tireurs... révélant son homosexualité, et ceci, à titre de porte-parole pour le mouvement Gai-Écoute qui tente de sensibiliser la population au phénomène grandissant du suicide chez les jeunes gais. Il y dénonçait la méchanceté gratuite de certains humoristes québécois, ne se contentant pas de rire des minorités, mais pointant directement du doigt des personnalités connues. - Demystifying Homosexuality in Schools in the Chaudière-Appalachia Region: An Aid to Intervention, 1997 (PDF Download) (Download Page N/A). - Demystifying Homosexuality (2002).

Special Issue on "Sexual Orientation" in "Vis-à-vie" by the Quebec Association of Suicidology is now available online.  La revue le Vis-à-vie, vol. 10 nº 2, 2000: Le thème de ce numéro est « Suicide et orientations sexuelles »: Un double tabou. - Orientations homosexuelles ou bisexuelles chez les jeunes présentant des problèmes suicidaires: recherche, problématique et propositions. - La honte d'être. - Mort ou fif, différence assassinée. - Événements suicidaires chez les hommes gais. - Gai écoute, 20 ans d'espoir. - Suicide-Action Montréal et Gai écoute : un projet conjoint de formation et de sensibilisation. - L'intervention dans Chaudière-Appalaches. - Histoire de vieNote: The English version of "Orientations homosexuelles ou bisexuelles chez les jeunes présentant des problèmes suicidaires: recherche, problématique et propositions" by Pierre Tremblay and Richard Ramsay is available as "Suicidal problems of youth with homosexual or bisexual orientations: research, problems, and proposals".

Le suicide des jeunes à orientation sexuelle non conventionnelle... (2003). - L'amour entre femmes dans l'Église catholique par Débora et Judith, aux Éditions AdA Inc. (2004): "On y retrouve également des témoignages et des statistiques qu'on ose à peine dévoiler concernant le suicide de trop nombreux gais et lesbiennes." - L’émergence des réalités homosexuelles. Séminaire sur les chartes et les différentes formes de discrimination Juges de la Cour du Québec. Présentation de Laurent McCutcheon 17 septembre 2007. PDF.

Documents PDF: - Impact du «Projet 10» sur le mieux-être sexuel de jeunes gais et bisexuels N?A. - Faire les premiers pas - Un livret pour les jeunes gais, lesbiennes et biseuxuels N/A. - Jeunes gais/ lesbiennes 14-17 ans - Modèle d'intervention de groupe (ville de Québec) N/A. - Le suicide et l'orientation sexuelle. Document de Projet 10 Montréal sur les aspects psychosociaux du suicide chez les jeunes gais, lesbiennes et bisexuel(les) N/A. - Le livre Blanc (2000): La prévention du suicide. - Le Suicide: Ce que vous devez savoir (2001, PDF Document).

Martin D, Baulieu A (2002). Besoins des jeunes homosexuelles et homosexuels et interventions en milieu scolaire pour contrer l’homophobie. Résultats de l’enquête menée auprès des écoles secondaires, des centres d’éducation des adultes et des écoles de formation professionnelle. Montréal: Commission Scolaire de Montréal. PDF Download.


Canada: - Une étude révèle un risque de suicide plus élevé chez les adolescentes lesbiennes et bisexuelles (2006). - Canada : noir et homosexuel : une double peine (2005): Vanessa Dorvily n'est plus hantée par la mort. L'horizon de la chanteuse d'origine haïtienne s'est soudain éclairci quand elle a arrêté de se cacher. "J'ai commencé à vivre à l'âge de 26 ans, en révélant ma véritable orientation sexuelle, confie-t-elle en enlevant la casquette qui emprisonne ses cheveux défrisés. À partir de ce moment, j'ai cessé de penser au suicide !" ... "Certains copains africains m'ont dit qu'ils préféreraient mourir plutôt que de révéler leur homosexualité, de peur de faire trop de peine à leur famille", affirme le massothérapeuthe qui a renoncé à convaincre Hamed (nom fictif, Ndlr), son ex-copain djiboutien, à abattre le mur du silence...   

Ottawa : Suicide d'un adolescent homosexuel victime d'intimidation à l'école (2011): Jamie Hubley, d'Ottawa, en avait assez d'être la risée des autres élèves en raison de son homosexualité. Il a mis fin à ses jours samedi dernier.
- Quand l’homophobie tue (2012): Il y a un an, jour pour jour, Jamie Hubley, 15 ans, s’enlevait la vie. Dans sa lettre de suicide, l’adolescent d’Ottawa confiait qu’il était le seul élève ouvertement homosexuel de son école. Le harcèlement dont il était victime depuis le primaire l’a conduit à la dépression, au point où il a décidé d’en finir.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Europe / L'Europe: - Situation des lesbiennes et des gays dans les États membres du Conseil de l'Europe. Doc. 8755,  2000. Rapport: Commission des questions juridiques et des droits de l'homme. Rapporteur: M. Csaba Tabajdi, Hongrie, Groupe Socialiste. - Heterhomo: Recherchez avec "suicide".

AVIS du Conseil de la Jeunesse sur l’inclusion sociale des jeunes LGBT (2012): L'homophobie est, au même titre que toute autre forme de discrimination, l'un des défis majeurs auxquels notre société est confrontée. Celle-ci reste largement répandue à travers le monde, et cela même dans les pays qui reconnaissent l'égalité de droits entre couples homosexuels et hétérosexuels. En effet, nombreux sont les préjugés qui persistent, notamment cette idée que l'homosexualité est un mode de vie déviant et anormal. Pour beaucoup de jeunes, la difficulté de voir leur identité sexuelle acceptée entraine de terribles conséquences : rupture familiale, isolement social, voire suicide. Les LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans) restent aujourd’hui trop souvent marginalisés et stigmatisés Il existe une énorme méconnaissance du « monde homosexuel » entrainant souvent fantasmes et stéréotypes, comme par exemple la recherche de la cause, l’origine d’une homosexualité qui dérange. Par ailleurs, de trop nombreux jeunes LGBT restent démunis et isolés face à leur cheminement identitaire. L’hétéronormativité de notre société laisse peu de place aux questionnements et préoccupations des jeunes homosexuels ou transgenres. L’éducation à la vie affective et sexuelle reste dictée par cette norme, oubliant fréquemment d’aborder la sexualité dans ces différentes formes.  Pour toutes ces raisons et suite aux constats posés par les jeunes durant la conférence de l’Assemblée des Régions d’Europe (ARE) à Vienne en mai 2012, le Conseil de la Jeunesse, en collaboration avec les associations de jeunesse LGBT, a organisé plusieurs consultations pour dégager des pistes de solution afin d’améliorer l’inclusion sociale des jeunes aux orientations sexuelles minoritaires.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...La France: Un tiers des jeunes homosexuels a déjà tenté de se suicider (2009). - Le suicide chez les jeunes homosexuels (2007). - Le Refuge: Le suicide chez les jeunes gays: Le rejet social comme origine du suicide (2009). - Mon Choix N/A: Le suicide chez les jeuneLe nombre de suicide est trés important chez les homosexuels, principalement chez les jeunes gays (2005). - Tentatives de suicide en hausse chez les homosexuels, quelques clefs pour comprendre la situation (2007). - Suicide : Ne vois t-on vraiment pas le moment venir ? (2007) - Un jeune arlésien gay se suicide en prison (2008). - Maltraité en prison, un détenu homosexuel se suicide (2008). - Un quart des suicides de jeunes garçons liés à l'homosexualité (2008). - Journée mondiale de prévention du suicide : l'homosexualité en cause chez 1/4 des garçons de 15 à 24 ans (2008). - La haine envers les homosexuels reste bien vivace en France (2007). 

Beck F, Firdion J-M, Legleye S, Schiltz M-A (2014). Les minorités sexuelles face au risque suicidaire. Acquis des sciences sociales et perspectives. [Nouvelle édition 2014]. Saint-Denis, France : Inpes, coll. Santé en action, 2014 : 140 pages. PDF Download.

Être homo aujourd’hui en France: Enquête Le Refuge auprès de 500 jeunes gais et lesbiennes, Michel Dorais en collaboration avec Isabelle Chollet, H&O Essai, 2012. Summary (Translation). - 30% of the study sample - mean age: 28.5 years, 76% urban - reported having attempted suicide. Interview avec Michel Dorais (Translation). - Homos d'hier et d'aujourd'hui (2012): Michel Dorais nous dit, entre autres, que : « Ce à quoi aspirent les jeunes gays et lesbiennes c’est à plus d’ouverture d’esprit à leur égard, à une meilleure reconnaissance de leurs droits et à plus d’inclusivité sur le plan social. Ils et elles veulent se sentir des citoyens et citoyennes à part entière, dignes du respect des autres, y compris de toutes les institutions sociales, reconnus dans leur existence et dans leurs projets de couple et de famille. […] Ils revendiquent à la fois le droit à la différence et à l’indifférence. Aimer une personne de son sexe ne devrait jamais être synonyme de silence ou de honte, de marginalisation, de rejet familial ou social, de discrédit et de droits amoindris. » (pp. 111-112)

L'homosexualité n'est pas un facteur de risque de suicide. L'homophobie, oui (2008): Des associations LGBT françaises ont profité hier de la journée mondiale de prévention du suicide pour questionner le nouveau gouvernement sur la question du suicide chez les jeunes gays et lesbiennes. Dès vendredi, une pétition du Refuge, destinée à François Hollande, interpellait le président sur ce problème. «Les conseillers ministériels semblent uniquement préoccupés par le mariage pour tous, explique Nicolas Noguier, président du Refuge, dans un communiqué. C'est une avancée symbolique, importante pour beaucoup, mais elle ne doit pas se faire au détriment des questions essentielles de santé publique: l'homophobie et ses conséquences sur les minorités sexuelles, en particulier chez les jeunes en souffrance.»

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Dans une indifférence quasi générale, des milliers de lesbiennes, de gais, de bi, de trans et de personnes en interrogation sur leur orientation sexuelle ou identité de genre se suicideraient chaque année (2005): Du 1er au 12 février, les neuvièmes Journées nationales pour la prévention du suicide, organisées par l’UNPS (Union nationale pour la prévention du suicide), se sont tenues un peu partout en France (à Toulouse, Lyon, Béziers, Dijon, Paris, Clermont-Ferrand, Tours, Marseille, Le Mans...). Selon le ministère de la santé, la France se situe parmi les dix pays les plus concernés au monde par le suicide. Synonyme d’échec, de faiblesse et de honte, le suicide (deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans et première cause de mortalité chez les jeunes de 25 à 34 ans) reste un tabou dans notre pays.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Dossier thématique: La sur-suicidalité chez les adolescents lesbiens, gais, bi et trans: Ce qui conduit au suicide : deux lieux douloureux qui ne devraient pas l’être : • La famille ou « le devenir étranger chez soi. » La solitude, la forte peur du rejet renforcent la vulnérabilité chez les adolescents homos ou bis. Le foyer familial, souvent perçu comme refuge, devient pour eux un lieu de malaise. Ce malaise sera ou non allégé selon l’éducation reçue et l’attitude des parents face à une orientation sexuelle différente : haine, rejet, refus total, insultes, moqueries, ou, à l’inverse, esprit d’ouverture, amis « homos » de la famille…. Il existe également une forte corrélation avec le rapport à la religion ou à certaines idéologies haineuses, les adolescents lesbiennes, bi gais ou transgenres, vivant dans une famille fortement marquée par ces idéologies totalement réfractaires à l’acceptation de la différence auront tendance à se montrer extrêmement violents envers l’acceptation de leur orientation sexuelle (Ne généralisons cependant pas : lorsqu’il s’agit de ses enfants, le rejet peut venir de familles réputés « ouvertes » et l’acceptation de parents censés être « réactionnaires » !).  • L’école ou « l’apprentissage du mépris ». À la fois pour celles et ceux qui sont identifiés comme homosexuels ou bisexuels, et sont soumis à la moquerie, aux insultes et à la violence, mais aussi pour celles et ceux qui cachent leur orientation sexuelle, craignant de subir le même sort. Les éducateurs ne font généralement rien pour désamorcer cette situation, certains parce qu’ils sont eux-mêmes homophobes et d’autres de peur de passer pour homosexuels... Dans l’éducation nationale, même si de vrais éducateurs s’opposent avec courage aux discriminations, l’orientation sexuelle, et la sexualité plus généralement, sont encore à ce jour des sujets viscéralement tabous. L’isolement, la mésestime de soi, l’accusation d’anormalité, voire la violence verbale ou physique, conduisent à l’épuisement moral, alors qu’ils n’ont personne vers qui se tourner, notamment ceux qui seraient censés chargés de promouvoir les valeurs d’une société (parents, enseignants, éducateurs...) religieux Heureusement, beaucoup d’adolescents lesbiennes, bis, gais ou transgenres, qui traversent les mêmes difficultés, ont résisté à l’envie suicidaire, généralement, parce que : - la traversée préalable de problèmes difficiles (deuil, divorce des parents, etc.) les ont rendus plus forts..

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Nouvelle association à Lyon (2009): L'association Rimbaud est une nouvelle arrivante dans le milieu associatif Lyonnais, voici une partie de l'introduction écrite par son président et fondateur.. À l’association Rimbaud, nous refusons de les laisser avec leurs souffrances, leur silence, leur mal-être, et leurs doutes. Bien sûr, nous n’avons peut-être pas la réponse, mais nous pensons avoir une partie de la solution. Ces jeunes sont souvent rejetés de chez eux à cause de leur différence, de leur homosexualité, réelle ou supposée. Ce rejet homophobe peut conduire les victimes à des comportements suicidaires, à une perte de l’estime de soi, au décrochage scolaire, à l’isolement, et quand il faut se loger et se nourrir, à la prostitution.  Si il faut bien entendu lutter contre les actes homophobes, il est aussi nécessaire de s’engager contre ces discours qui tuent. L’homophobie a des conséquences, des conséquences destructrices, et c’est à nous de permettre à ses jeunes victimes de se construire un avenir contre et malgré cette haine. Pour cela, la première année, nous mettrons en place de...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Un centre de santé gay ? (2008): Psychologue clinicien spécialisé dans la prise en charge du VIH, rompu à l’anthropologie de la santé et désormais directeur d’Appartements de Coordination Thérapeutique, j’ai coordonné plusieurs programmes de prévention du VIH et du suicide auprès des gays notamment comme porte-parole de la fédération nationale des associations de jeunes gays...  Pourtant des particularités de santé, les homosexuels en ont : séroprévalence élevée, forte suicidalité adolescente, retard au suivi gynécologique… Elles appellent un accompagnement adapté et expurgé de tout jugement. C’est l’absence de cette acceptation empathique, si nécessaire soit-elle à la démarche de soin, qui s’exprime dans la plainte des homosexuels envers le milieu médical. Le problème est certainement moins aigü si l’homo ou bisexuel a une identité stable et qu’il peut la soutenir devant le médecin qui l’ausculte. Mais un centre de santé communautaire constitue-t-il la seule alternative à l’homophobie frileuse d’une partie du milieu médical ? ... Une autre problématique accompagnée par ce centre communautaire serait la prévention du suicide. Face à l’incurie du système d’Etat de prévention et de prise en charge, il est urgent de rompre l’isolement des jeunes gays en leur proposant des espaces ouverts où exprimer leurs peurs, leur vécu de minorité et leur faible estime d’eux-mêmes. La réponse ne peut venir que de l’accompagnement par des semblables, tremplin à la construction d’une identité positive et rempart contre l’acte auto-agressif. N’est en effet détruit que ce qui, faute d’un modèle valorisant et d’un regard extérieur acceptant, n’aura pas pu être aimé.

Santé mentale, suicide et homosexualité (2007). - VIH, Sida, homosexualité et suicide (2009). - Suicide chez les jeunes gays (2009). - Suicide des jeunes homosexuels (2009). - Le suicide et l'homosexualité vus par France Inter (2008). - « Mon fils a fait des tentatives de suicide pendant 10 ans » (2011): Il y a 13 fois plus de suicides chez les ados homosexuels que chez les hétéros », précise Nadine Favoriti, présidente de l’association Rainbow à Chalon-sur-Saône.- 30% des jeunes homosexuels ont tenté de se suicider (2013). - La lutte contre l'homophobie est mise en avant dans la prévention du suicide (2012): Les 2 dernières années ont vu la lutte contre l'homophobie être mise en avant dans la prévention du suicide, à la fois par les autorités publiques, par les chercheurs, et par les acteurs de santé, du social, de la prévention, et de l'éducation. - Comment lutter contre l’homophobie en milieu scolaire et universitaire (2013).

Suicide d’un jeune homo pendant les débats du mariage pour tous: la véritable histoire (2013): Un jeune gay de 17 ans s'est suicidé la semaine dernière à Paris. L'info a enflammé hier soir les réseaux sociaux, mais en n'étant pas toujours très exacte.

Suicide de Jean-Pierre de "Trompe-moi si tu peux" : la télé réalité est-elle coupable ? Découvrez les images des jours heureux ! (2010): Dans le quotidien gratuit Métro, Michel, 50 ans, le meilleur ami de Jipé, affirme : "Le suicide de Jean-Pierre n'a rien à voir avec l'émission de M6". Bouleversé par la mort de son ami, Michel le décrit comme "beau, gentil, avec un grand coeur". Il tient à ajouter : "Ce n'est absolument pas à cause de l'émission que Jean-Pierre s'est suicidé. Ça n'a rien à voir. Il ne faut pas faire d'amalgames. Il a mis fin à ses jours pour des raisons personnelles. Il n'y a que lui qui détient la vérité". Sur les raisons qui ont poussé Jean-Pierre à mettre fin à ses jours, Michel, agent d'accueil de Perpignan qui connaît le candidat depuis plus de quinze ans, insiste vraiment sur la non-responsabilité de la chaîne : "C'est vrai, Jean-Pierre et Akim, rebaptisé Ange pour l'émission, ont participé à Trompe-moi si tu peux. Tout s'est très bien passé. Il n'y a pas eu de problème. Ils sont même repartis ensemble. Mais dernièrement ils s'étaient quittés." Effectivement, d'après nos informations, le couple se disputait ces derniers temps, les deux garçons avaient rompu, mais Jean-Pierre aurait supplié Hakim de reprendre la vie commune. Ce dernier aurait refusé après une ultime explication houleuse, lundi après-midi. Les candidats étaient rentrés en France début mai, et, depuis, le couple battait de l'aile. Relation de cause à effet ?

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Suicide chez les adolescents qui découvrent leur homosexualité... (2006): Ces actes et tentatives de suicides chez les ados, naissent d'un sentiment profond de désarroi, de solitude, ceux-ci sont  liés le plus souvent à  l'incompréhension et au rejet de l'entourage. Tout cela par rapport à des stéréotypes dits « classiques ». Membre de la Commission « Education-Santé-Jeunesse », je me suis rendue compte, avec la charge d'une partie des recherches documentaires, des inhibitions et ignorances, encore nombreuses, de mon voisinage professionnel en ce domaine, malgré des avancées non négligeables... n jeune homme qui semblait souffrir atrocement, se confie à elle : « Je suis homosexuel, je crains  la réaction de mon entourage »... Julie m'avoue alors que sa mère, déroutée, n'a pas su comment lui répondre, totalement démunie de formation psychologique et le jeune garçon demeura dans sa détresse... Quelques jours après, la directrice apprit avec effroi, le suicide de l'ado et elle fut immédiatement prise de remords, de culpabilité et de tristesse, pour n'avoir pas  décelé les indices et signes avant-coureurs de sa dépression et l'aider sérieusement... - Suicide des homosexuel-le-s et violence des jeunes : une ambitieuse politique deprévention de l'homophobie s'impose (2007).

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Chantons dans le placard: Une comédie théâtrale et musicale écrite par Michel Heim (2011): « Chantons dans le placard » est un projet qui nous a de suite séduits : il y avait l’humour, la musique et une dimension « pédagogique » qui s’entremêlaient. Pour nous, il y a toujours eu nécessité à écrire et à monter des textes qui ont des choses à dire : « Frères du Bled » sur la question des Harkis, « Un cœur sauvage » sur le suicide des ados qui se découvrent gay, ou encore « Doubles » sur la construction de l’identité. Avec « Chantons dans le placard », nous entraînerons les spectateurs dans un parcours à travers le temps, un parcours où l’on voit bien comment la chanson populaire (comme les arts en général) a un rôle à jouer dans la vision de l’autre, dans l’acceptation de l’autre. Le texte de Michel Heim nous a fait découvrir, à nous jeune génération, beaucoup d’éléments historiques (oubliés, dissimulés) que nous voulons à notre tour transmettre. Le faire en s’amusant et en chantant, dans une ambiance « cabaret » de ce Tango que nous connaissons maintenant bien, est à présent notre objectif. - Chantons dans le Placard (2011, source : visioscene.com). - « Chantons dans le placard »: un siècle de chansons gay (2013). - Google Search: "Chantons dans le placard".

Les difficultés à vivre l’homosexualité à l’adolescence (2012):La plupart des jeunes connaissent des troubles émotionnels à un moment ou un autre de leur adolescence, et cela est d’autant plus vrai dans le cas d’adolescents gais et lesbiennes. Nous constatons que plusieurs, face à l’émergence de cette orientation homosexuelle, développent une très faible estime de soi, cela étant dû, entre autres, à l’image négative de l’homosexualité, aux rejets vécus et aux difficultés de socialisation avec les autres jeunes et avec l’entourage en général.  Cette faible estime de soi et les difficultés familiales et sociales liées à l’orientation homosexuelle expliquent nombre de problèmes rencontrés chez des adolescents gais et lesbiennes. [...] Selon plusieurs études, ces jeunes seraient plus portés que les autres adolescents à faire des dépressions suffisamment graves pour les conduire au suicide. En fait, le suicide est la première cause de mortalité chez ce sous-groupe. L’homophobie dont les jeunes gais et lesbiennes sont l’objet peut donc avoir les plus graves effets, trop souvent négligés.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Santé des jeunes et suicide des jeunes homosexuels : on avance, mais encore un effort, madame la Ministre (2008): Citant le baromètre santé 2005 de l'INPES, le ministère avance que « La prévalence des pensées suicidaires dans l'année est de 12,9% chez les homo et bisexuels versus 6,4% chez les hétérosexuels. La prévalence des tentatives de suicide au moins une fois dans la vie est de 7,5% chez les homo et bisexuels versus 2,5% chez les hétérosexuels masculins. » Le ministère cite aussi le rapport issu des travaux préparatoires à l’élaboration du plan Violence et Santé : « 25 % des garçons accueillis pour suicide évoquent leur homosexualité pour la première fois après la tentative. De plus la synthèse de plusieurs études récentes permet de constater que si, chez les 12-25 ans, les sujets homo, bi ou transsexuels représentent 6 % de la population générale masculine, ils constituent 50 % de l’ensemble des garçons décédés par suicide pour la même tranche d’âge ». Glaçant.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Quand santé LGBT rime avec bien-être à Orléans et dans le Loiret (2007): La réflexion sur ces actions passées montre qu’elles ont un objectif commun : lutter contre le mal-être de certaines personnes, ce mal-être étant directement lié à la difficulté à vivre leur homosexualité. En effet, solitude, isolement, précarité affective, du fait des orientations sexuelles, du statut sérologique ou de l’âge, engendrent – de récentes études l’ont prouvé – les addictions, les prises de risques, souvent le suicide … Des situations très (trop) souvent rencontrées sur le terrain, où le GAGL mène ses actions tout au long de l’année, depuis huit ans. Le GAGL a donc décidé de regrouper toutes ses forces dans une démarche visant à œuvrer pour un thème plus général de « santé gaie »...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Programme national d’actions contre le suicide (2011-2014) (PDF): Action 9 : Diffuser et promouvoir un outil pédagogique visant à prévenir les attitudes et comportements homophobes et leurs conséquences sur les jeunes de 11 à 20 ans... 1. Contexte: La lutte contre la souffrance psychique et la prévention du suicide chez les jeunes sont des actions prioritaires du plan santé des jeunes 2008. La stigmatisation culturelle des jeunes homosexuels peut constituer un facteur supplémentaire de souffrance. Un ouvrage sur cette question a été édité par l’INPES en 2010. Il propose à la fois une synthèse de la littérature scientifique et des pistes d’actions. C’est dans ce cadre qu’en octobre 2008, l’INPES et le ministère chargé de la santé ont lancé un concours de scénarios sur le thème de la prise de conscience de son homosexualité ou de sa bisexualité. Ce concours visait à faire évoluer les représentations sociales sur l’homosexualité, à favoriser le dialogue mais aussi à susciter une réflexion sur les conséquences graves de l’homophobie. A l’issue du concours 5 courts métrages ont été réalisés. Afin de prolonger cette action, un DVD des courts métrages sera édité et accompagné d’un livret, support de séances d’animation sur le thème de l’homosexualité et l’homophobie. Cet outil s’adresse aux professionnels de la prévention, de l’éducation et de l’animation... 2. Contenu de l’action: Diffusion du DVD en 2010 aux associations et aux mouvements de l’éducation populaire, ainsi qu’aux médecins et conseillers techniques académiques départementaux et aux inspecteursd’académie et directeurs des services départementaux. En 2011 et 2012, l’outil sera promu selon les dispositifs habituels de l’INPES (santé de l’homme, site internet, lettre Equilibre, communication lors de colloques…). Une consultation des partenaires sera réalisée pour étudier les besoins en formation.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Velter A (2007). Enquête Presse Gay 2004. Agence nationale de recherche sur le cida (anRs). Institut de veille sanitaire (InVS). PDF DownloadDownload Page. - Le « mal’être » des homosexuels.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Velter A, Bouyssou-Michel A (2007). Tentatives de suicide parmi les homosexuels en France : résultats de l’enquête Presse Gay 2004. Session plénière "Groupes vulnérables." Journées de veille sanitaire – Institut de veille sanitaire, Cité des sciences et de l’industrie, Centre des congrès de la Villette, Paris. Part 1. Part 2Download Page.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Shelly M, Moreau D, Tubert-Bitter P (2005). Soufrance Psychique et Conduites à Risque. PPT Presentation. PDF Download. PDF Download.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Shelly M, Moreau D, Yang L, Gendre C, Mailloux M, Segouin C, Bertrand D (2002). Evaluation de l’effet éventuel de la sursuicidalité sur les comportements sexuels à risque chez les jeunes hommes ayant des relations entre eux. Conséquences sur la pratique du dépistage du VIH. Presented at: Prévention du suicide et pratiques de réseaux-congrès international-Liège, Novembre, 2002. Internet: PDF Download. Alternate Link.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative (2008)«Jeune et homo sous le regard des autres» : Un concours de scénarios pour lutter contre l’homophobie et ses conséquences: Dossier de presse. France: Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative. PDF Download.

Les résultats des enquêtes françaises : Deux enquêtes portant sur des échantillons représentatifs fournissent aujourd’hui une estimation de la prévalence des tentatives de suicide dans la population « Lesbienne, Gay et Bisexuelle » (LGB) en France. L’enquête nationale sur la violence envers les femmes2 portant sur 6970 femmes âgées de 20 à 59 ans fait ressortir que la prévalence d’une tentative de suicide au cours de la vie est de : - 25% chez les femmes qui ont eu des rapports homosexuels,  13,9% chez les femmes qui se déclarent attirées par les femmes sans avoir eu de rapport homosexuel,  6,4% parmi les femmes exclusivement hétérosexuelles. Si l’on considère des caractéristiques sociodémographiques comparables (sexe, âge, niveau d’étude, statut matrimonial, taille d’agglomération), un nombre deviolences physiques ou sexuelles subies au cours de la vie et une consommation de drogue équivalents, les femmes ayant eu des rapports homosexuels, aussi bien que les femmes hétérosexuelles attirées par les femmes, ont respectivement 2,5 et 1,7 fois plus de risques de faire une tentative de suicide que les femmes exclusivement hétérosexuelles. L’enquête Baromètre santé 2005 de l’INPES portant sur 16 883 personnes âgées de 15 à 75 ans indique une prévalence des tentatives de suicide chez les homo/bisexuels de l’ordre de :  10 % chez les hommes (contre 3 % des hétérosexuels exclusifs à classe d’âge, niveau de diplôme, statut relationnel - en couple ou non - et statut parental équivalents), - 10,5 % chez les femmes (contre 5,9 % des hétérosexuelles exclusives à classe d’âge, niveau de diplôme, statut relationnel - en couple ou non - et statut parental équivalents). Les lesbiennes, gays et bisexuels (femmes et hommes confondus) ont trois fois plus de risque d’avoir fait une tentative de suicide que les hétérosexuels exclusifs. Les données issues du rapport de Lhomond portant sur un échantillon de 849 jeunes lesbiennes, gays et bisexuels âgés de 15 à 25 ans indiquent un taux de tentative de suicide sur la vie entière de 17% pour les hommes et de 25% pour les femmes. Rappelons à titre de comparaison que les prévalences des tentatives de suicide (vie entière) des 15-25 ans dans l’enquête Baromètre santé 2005 sont de 1,9 % pour les hommes et de 6,8 % pour les femmes. L’enquête Presse Gay 2004 portant sur plus de 6 000 homo/bisexuels masculins âgés en moyenne de 37 ans indique une prévalence de tentative de suicide au cours de la vie de 18,9%. Les jeunes de moins de 20 ans ont un taux de tentatives de suicide significativement plus élevé que la moyenne de leurs aînés puisqu’ils sont 32 % à déclarer avoir fait une tentative de suicide au cours de leur vie.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports (2008). Présentation du Plan « Santé des jeunes »: Dossier de presse. 27 février 2008. France: Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. PDF Download.
... un dispositif de repérage et la prévention de la crise suicidaire et de la souffrance psychique chez les jeunes, plus particulièrement chez les jeunes homosexuels, sera mis en place ; le cinéaste André Téchiné, participera à l’élaboration d’une campagne d’information qui sera lancée dès cette année... 6. Lutter contre la souffrance psychique liée à l’homosexualité. a) Contexte et enjeux - Si l’affirmation de soi ne va pas sans difficulté pour la plupart des jeunes, cette démarche peut prendre pour les jeunes homosexuels, une dimension plus «dramatique» en raison de la stigmatisation culturelle : repli sur soi, crainte de l’hostilité de l’entourage, isolement, peuvent entraîner des troubles de comportement et une mise en danger sociale et sanitaire. Le mal être des jeunes lié à la découverte de leur homosexualité, de leur difficulté à l’accepter ou à l’assumer peut conduire à des pensées suicidaires : - La plupart des études sur la suicidalité chez les homosexuels et bisexuels trouve que celleci est supérieure à celle des hétérosexuels. Si la littérature internationale est concordante sur le risque suicidaire accru pour les personnes homosexuelles, en France on ne dispose pas d’étude complète sur ce problème... Cependant, traiter le sujet du suicide de manière directe, via notamment le canal des médias, peut se révéler contreproductif car pouvant favoriser le passage à l’acte. C’est pourquoi il est proposé d’aborder la prévention du suicide chez les jeunes homosexuels à travers le prisme de la découverte de la sexualité et de l’homosexualité et de favoriser le dialogue autour de ces sujets parmi les jeunes afin de lever les tabous et de renforcer l’acceptabilité des différents comportements. En sensibilisant les institutions concernées par les jeunes, en développant information et dialogue, on contribue à développer les conditions d’une meilleure prise en compte des problèmes spécifiques des jeunes homosexuels et à améliorer de ce fait leur état de santé. Cette analyse fonde la conduite d’action de prévention et d’éducation à la santé spécifique en direction des jeunes homosexuels, ainsi qu’une politique gouvernementale vigoureuse de lutte contre l’homophobie...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Pugnière, Jean-Michel (2011). L'orientation sexuelle, facteur de suicide et de conduites à risque chez les adolescents et les jeunes adultes ? : l'influence de l'homophobie et de la victimation homophobe en milieu scolaire.  PhD Dissertation - These de Doctorat en Psychologie, Comportement, Langage, Education, Socialisation, Cognition (CLESCO), Université Toulouse le Mirail. PDF Download. Download Page. PDF Download. Download Page. See also: Pugniere J-M (2013). Suicide des jeunes et homophobie en France : présentation d’une enquête et d’actions de prévention. Service social, 59(1): 17-34. Abstract. De nombreuses recherches ont mis en évidence un lien significatif entre orientation sexuelle et suicide des adolescent-e-s / jeunes adultes (Beck et al., 2010). L’homophobie à laquelle les jeunes homo/bisexuel-le-s sont exposé-e-s est considérée comme l’hypothèse la plus sérieuse pour expliquer ce lien, mais, jusqu’ici, cette hypothèse n’avait jamais fait l’objet d’une recherche quantitative en France. Nous l’avons prise en compte dans le cadre d’une enquête réalisée sur la base d’un questionnaire informatisé auto-administré auquel ont répondu 475 filles et 426 garçons, âgé-e-s de 18 à 24 ans. Les résultats confirment la sursuicidalité des jeunes homo/bisexuelle-le-s et mettent en évidence l’impact de l’intimidation homophobe en milieu scolaire chez les adolescents et jeunes adultes de sexe masculin. Ce constat nous amène à évoquer le travail de prévention mené par les associations, notamment l’aide aux familles et les interventions en milieu scolaire proposées par l’association Contact.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Firdion J-M, Beck F, Schlitz M-A (2011). Les minorités sexuelles face au risque suicidaire en France. BEH: Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 47-48, décembre: 508-510. PDF Download. Depuis une vingtaine d’années, le lien entre comportement suicidaire et orientation sexuelle a été pris en compte dans certaines recherches portant sur les discriminations et la santé publique, ainsi que dans des dispositifs de prévention des conduites suicidaires. Les personnes se définissant comme homosexuelles et bisexuelles, ou ayant des comportements homosexuels, semblent en effet davantage touchées par le risque de suicide. Le harcèlement et la discrimination, dont ces minorités sexuelles habituellement définies comme lesbiennes, gays, bisexuel(le)(s), transgenre (LGBT) sont souvent victimes, pourraient aggraver les causes habituelles de comportement suicidaire (maladie grave ou invalidante, événement traumatique, perte affective, situation de stress économique, consommation de produit psychoactif, etc.) ou s’y substituer et expliquer le risque accru de comportement suicidaire observé.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Prévention du suicide chez les jeunes homosexuels (2010):  En 2008, l’INPES et le Ministère de la santé avaient lancé un concours de scénario sur le thème de « la prise de conscience de son homosexualité ou de sa bisexualité ». Les courts métrages qui en ont découlé ont été diffusés sur les chaines du Groupe Canal+ ainsi que dans les cinémas Utopia. Ce mois-ci, l’INPES a décidé de lancer un outil d’aide à la prévention du suicide chez les jeunes homosexuels. Il est composé de ces courts métrages ainsi que d’un livret d’accompagnement destiné aux professionnels de la prévention, de l’éducation et de l’animation. (outil en commande gratuite)... Jeune et homo sous le regard des autres : un outil de lutte contre l’homophobie et prévention du suicide chez les jeunes homosexuels (Videos, 2010). - Lutte contre l'homophobie dans les lycées (2010). - Lutte contre l'homophobie : nouvelle campagne de la FIDL (2010). - Une nouvelle association LGBT pourra intervenir en milieu scolaire (2010)

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Présentation de nos interventions scolaire " lutte contre l'homophobie ": C'est dans la région Midi-Pyrénée que nos interventions ont concretement commencé de façon très structuré, en 2005. Elles s’inscrivent dans le cadre des circulaires ministérielles de 2001, 2003 et 2006, relatives à l’éducation à la vie affective et sexuelle... De plus en plus de recherches mettent en évidence que la difficulté à accepter son orientation sexuelle serait une des toutes premières causes de suicide des adolescents, concernant 30 à 50% des jeunes qui tentent de se suicider (sources ci-dessous, dans la partie "recherches"). L’homophobie intériorisée est aussi souvent à l’origine de difficultés diverses : consommation de drogues, mauvaise estime de soi, dépressions, conduites à risques, absentéisme scolaire… - Cas D'école L'homosexualité Chez Les Jeunes (2009, Video).  

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Séminaire "Suicide et Orientations sexuelles" de 2005 N/A: Du 27 au 29 mars 2005, la fédération Moules Frites (association de jeunes et étudiants gays et lesbiennes) a organisé trois jours de rencontres et de débats sur "Suicides et jeunes LGBTQ" (Lesbiennes, gays, bis, Trans et personnes en questionnement de genres). Des psychologues sont intervenus et ont pu échanger avec les jeunes des associations LGBT présentes. - Non, le suicide n’est pas une solution (2009). - Adolescence et homosexualité : souffrance, tabou social et inertie éducative (2005).

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Relation entre suicide et homosexualité (Lyon, 2006): Conférence-débat: L’intervention des 2 psychiatres avait pour objectif d’expliquer la construction et le développement de l’identité. L’exposé de Mme Saubin concernant « l’expérience de terrain » était complémentaire et nécessaire pour l’affirmation de la réalité des difficultés à assumer, puis à vivre son homosexualité. La partie « relation de foi » devait permettre aux personnes en questionnement et en état de culpabilité psychique de repartir rassurées et en accord avec elles-mêmes. Cette partie n’a peut être pas vraiment atteint son but, cependant des critiques positives et rassurantes ont été rapportées au-delà de certaines critiques négatives.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Stop aux suicides ! (2006) Plusieurs fois j’ai eu envie d’en finir avec mes jours, les doutes, la famille, l’impossibilité de vivre simplement avait raison de moi. Plus les jours passés plus l’envie me prenait. Je m’enfonçais. J’étais dans un état dépressif assez profond, mais je ne laissais rien paraître, pour moi la vie ne serait que questions de cauchemars, d’amour impossible et de non-sens. Les choses ont commencé à changer pour moi le jour de mon premier Coming-Out. Je ne voyais pas d’autre alternative. Le fait d’avoir une oreille à la quelle se confier m’a permis de me ressaisir quelques temps. Puis quelque jours plus tard (il y a maintenant un an) j’ai été confronté au suicide de plein fouet. Ce n’était plus un fait divers lu dans le journal. J’ai entendu de la bouche de ma cousine : "Jean il vient de se passer quelque chose d’horrible, ta sœur vient de se suicider"...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Suicide d’un homosexuel de l’agglomération nantaise après une garde à vue (2007):  Profondément choqué et humilié par le traitement qui lui avait été réservé lors de son interpellation et de sa garde à vue, l’homme en avait parlé à ses proches avant de se donner la mort cinq jours plus tard. A l’intention des policiers qui l’avaient arrêté, il avait également écrit une longue lettre, saisie par la Police Nationale pour les besoins de l’enquête... - La police mise en cause après le suicide d’un homosexuel (2007): «J’ai le sentiment que la police a fait son travail.» Yves Monard, directeur départemental de la sécurité publique en Loire-Atlantique (DDSP), ne comprend pas vraiment la polémique déclenchée ce mercredi par le Centre gay et lesbien de Nantes Atlantique (CGLNA) et un «collectif contre l’homophobie» de Montpellier (Hérault)... 

Le suicide qui n’ose pas dire son nom (2004): "Le livre Homosexualité & suicide, au travers d’études et de 13 témoignages, propose une explication du taux de suicide apparemment plus élevé chez les gays et lesbiennes et particulièrement les jeunes... Je cite un paragraphe du livre qui résume les principaux facteurs à risque pour le jeune gay : « on s’aperçoit que les risques suicidaires les plus élevés sont, soit associés à un vécu persécutif de la part de membres de la famille, de pairs, ou de professionnels référents ; soit à une difficulté extrême à traverser la prise de conscience et / ou la révélation de l’homosexualité ; soit enfin à une incapacité à vivre l’un de ses premiers amours, à un rejet de sa part ou à une rupture amoureuse.." - Tentatives de suicide à l’adolescence: souffrance singulière et mal-être social: "Les jeunes face à l’homophobie" par Eric Verdier, Coauteur de Homosexualité et suicide (p. 14-16. PDF Download) -  Suicide Mortelle homophobie (2003): Entretien réalisé par Dany Stive: Éric Verdier et Jean-Marie Firdion, Homosexualités et Suicide (Alternate Link). - Contribution d’Eric Verdier À L’amphi 2005. - Une recherche action d’Éric Verdier: Préférence sexuelle, niveau social, origine ethnique : la discrimination conduit à la prise de risque..

Le risque de suicide chez les jeunes a orientations sexuelles non conventionelles (lesbiennes, bisexuelles, gais) (PDF Download, Homosexualites et Socialism, Rapport, 2001). - Le rejet social comme origine du suicide (2003). (Alternate Link) - Avoir 16 ans et être homo (2004): "La vie est très difficile lorsqu'on se découvre gay au collège et au lycée. Un petit aperçu de mon histoire à moi et mes conseils... C'était également un moyen d'annoncer mon homosexualité aux gens qui m'entourent. Grave erreur. Dans le cercle de mes amis, je me suis découvert des ennemis suite à cette annonce. ça a été un calvaire cette dernière année. Insultes, sous-entendus mal placés, et même des crachas..." - Suicide et dépression: "Suicide et sexualité sont encore aujourd'hui en France des sujets relativement tabous. De nombreux experts estiment que les statistiques sur le suicide sont sous-évaluées. De plus, à la différence des États-Unis, du Canada et de l'Italie, aucune étude n'a été menée à ce jour sur les risques suicidaires dans la population des jeunes gais et lesbiennes et celles réalisées sur le suicide chez les jeunes n'interrogent, ni ne prennent en compte les difficultés liées à l'acceptation de l'homosexualité ou de pratiques homosexuelles...

Modes de consommation d’alcool et tentatives de suicide chez l’homme jeune: "Population et méthodes: Il s’agit d’une population exclusivement masculine, représentative des 400 000 sujets sélectionnés tous les ans dans l’ensemble des 10 centres de sélection de métropole [Paris]. 9 758 sujets ont été tirés au sort. 9 270 réponses furent exploitables (taux de participation : 95 %). L’âge moyen est de 20 ans, les extrêmes se situant de 17 à 29 ans. Le taux de réponse aux 119 items de l’autoquestionnaire varie entre 88 % et 99 % selon les questions. L’enquête s’est déroulée entre novembre 1992 et février 1993... Conclusions: ...D’autres facteurs du risque suicidaire, non étudiés en détail, ont été relevés, tels l’usage de drogues illicites, de tabac et l’homosexualité. Parmi les sujets ayant fait un geste suicidaire, un sur deux présente deux facteurs de risque ou plus."

État de la question et pistes de prévention: Synthèse de la journée d’étude organisée le 17 juillet 2001 (PDF Download. PDF Download): "Depression, tentatives de suicide et trise de risque parmis les lecteurs de la presse gay francaise" (Philippe ADAM, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice, France): "4753 questionnaires remplis par des hommes... Pour ce qui est des répondants masculins, l ’échantillon se caractérise par une forte représentation des personnes qui vivent en région parisienne (42%) et qui sont allés à l ’université (62%). L ’âge moyen est de 35 ans. La plupart (91%) des répondants se définissent comme gays. La moitié ont un partenaire stable. 12% des répondants sont séropositifs pour le VIH... Nous commencerons par dresser un état des lieux à partir des autodéclarations des répondants. Parmi eux, 17% déclarent avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie... Le graphique précédent montre que le taux de déclaration de tentatives de suicide est déjà à son maximum (27%) parmi les moins de 20 ans puis il décroît régulièrement avec l’âge pour se stabiliser autour de 15% après 35 ans."

Evaluation de l’effet éventuel de la sursuicidalité sur les comportements sexuels à risque chez les jeunes hommes ayant des relations entre eux. Conséquences sur la pratique du dépistage du VIH (2005, PDF Download): "La sursuicidalité des jeunes hommes ayant des relations entre eux (HSH)... Cette étude exploratoire a été réalisée en 2001 en milieu ouvert (à l’occasion d’une manifestation festive) sur un échantillon (n=368; F=55%; âge médian: F=19 ans; [ET=6,7]; H=21 ans; [ET=8]), vivant principalement en région parisienne –sur-représenté en HSH (17%) – rapportant pour environ 12% au moins une tentative de suicide (TS) durant la vie. Les résultats obtenus confirment la sursuicidalité des HSH (30%; p<0.05 ; 6 fois supérieure à celle des hommes hétérosexuels) strictement comparable aux données épidémiologiques disponibles..."

Suicide et tentative de suicide parmi les personnes à orientation homo-/bisexuel (Alternate Link, 2003): - Prévalence des tentatives de suicide (France) selon le sexe et l’orientation sexuelle... Hommes: 17%. 17%; Femmes: 25%. - Vos avis au sujet de l'homosexualité: "Bonjour à tous.... je m'appelle Vanessa, je vais avoir 20 ans au mois de juin 2003. Je suis homosexuelle (lesbienne, gwenn, comme vous le désirez...). Je n'ai pas choisi d'être comme celà! Je me suis rendue compte malgré moi que j'aimais une femme! Autre chose, c'est grâce à des homophobes comme ceux-ci qu'à mes 17 ans, j'ai fait une tentative de suicide! ...Un jour il a tenté de se suicider mais sa mère est arrivé avant pour éviter la catastrophe. Ensuite il a dit à toutes les personnes qu'il connaissait qu'il était homo. Tout le monde l'a plus où moins accepté mais il est quand même retourné avec un fille à cause de la pression et des regards. Maintenant il vit avec une fille, mais il fait dépression sur dépression, tentative de suicide sur tentative de suicide, il est terriblement malheureux, il ne sort plus beaucoup à cause du regards des gens. En gros, il est en train de se détruire et de mourir tout ça à cause de ces crét... d'homophobes!"

En prison, être homosexuel, c’est la pire des choses: "Mais le pire s’est produit récemment et au moment où vous lisez ce témoignage, mon ami est dans un service psychiatrique, suite à une tentative de suicide. J’ai effectivement appris récemment qu’il a été violé par trois détenus sous les douches quelques jours avant son transfert. Comme d’habitude en prison, ses cris n’ont pas été entendus. Les trois détenus et les surveillants ont probablement tous supposé qu’un homosexuel apprécierait de se faire enculer violemment par des inconnus. En 11 ans, mon ami aura donc subi deux viols en milieu carcéral. Première incarcération : premier viol : transmission du VIH. Deuxième incarcération : second viol : tentative de suicide..."

Les chiffres noirs du suicide: "Selon les nouvelles données de l’Enquête presse gay 2000, que «Têtu» présente en exclusivité, un gay sur six a déjà fait une tentative de suicide. Et les liens entre dépression et prise de risques sexuels font froid dans le dos... Le premier mérite de cette enquête est qu’elle nous donne, enfin, des chiffres précis sur la dépression et les tentatives de suicide chez les gays. Malgré les informations alarmantes en provenance d’autres pays depuis quelques années, ces problématiques, bien documentées chez les hétérosexuels, étaient jusqu’à présent complètement ignorées en ce qui concerne les gays. Parmi les hommes ayant répondu à l’Enquête presse gay, 17 % déclarent avoir déjà fait une tentative de suicide au cours de leur vie, soit environ un homo sur six. Ces données sont similaires à celles de plusieurs enquêtes menées à l’étranger, notamment aux États-Unis..." - Péril suicidaire chez les jeunes homos (2005): Une enquête indépendante révèle qu'un homo ou bisexuel homme a treize fois plus de risques de faire une tentative de suicide qu'un hétérosexuel.

Le Refuge: L'Association nationale: Agir contre l'isolement des adolescents attirés par une personne du même sexe. - L'association dresse un constat troublant sur la situation des adolescents homosexuels en France. Face à cet état des lieux, il était urgent de réagirJeanne (Alternate Link): "Mon fils s'est suicidé il y a de cela quatre ans, il avait 17 ans. Personne n'a compris ce geste à l'époque, même s'il présentait depuis quelques temps des signes de dépression. Pour moi ce fut un choc. En rangeant ses affaires, j'ai compris, il y a trois an de cela, son " secret ". Je pense que mon fils était homosexuel. J'ai retrouvé des revues érotiques masculines sous son lit et des lettres assez équivoques. Je comprends maintenant cette douleur qui le hantait." -  Le suicide de jeunes homosexuel/le/s (1998). - Et si votre enfant était homosexuel? - Le suicide chez les jeunes homosexuels (2007). - Le suicide, un mal homosexuel ? Nombre de jeunes gays français se donnent la mort N/A (2010). - Le suicide, un mal homosexuel ? (2012).

L'université euroméditerranéenne des homosexualités (2001): ..."Le ministère s'intéresse également à la santé des lesbiennes, cible du cancer du sein et peu touchée par les campagnes de prévention. Mais surtout, dans le cadre de la prévention du suicide chez les jeunes - l'une des premières causes de mortalité dans cette population -, la DGS mène des actions spécifiques pour prévenir les dégâts générés par l'homophobie. Robert Simon rappelait « il y a un lien très fort entre violation des droits de l'Homme et santé »." - La place de l'homosexualité dans l'éducation sexuelle en milieu scolaire: L'homosexualité à l'adolescence (2002). - Adolescence, Homosexualité et Violence - Projet Daphné (1998). - Adolescence et homosexualité: souffrance, tabou social et inertie éducative N/A (2002): L’adolescence est une période difficile par nature... L’homophobie et l’absence de traitement de la condition homosexuelle durant la scolarité sont des facteurs de risque accru de suicide chez l’adolescent gay... - Autour du coming-out: Quand la sortie est mal acceptée par la famille. Réfléchir avant de sortir de son placard: Mais toutes les familles ne sont pas aussi tolérantes et compréhensives que celles de Jocelyn, d’Alex ou de Jean-François.

Le suicide du jeune gai, réalité ou mythe? (1995). - Les adolescents homosexuels et le suicide (2003): "Notre propos ne portera pas sur l'interprétation à donner aux articles de Gageure, mais il nous a semblé important de les évoquer afin de montrer à quel point la question peut être tabou tant chez les homos que chez les hétéros. Pour aborder le plus objectivement possible la question du suicide chez les adolescents homos ou bisexuels, il faut avant tout présenter ces statistiques que certains mettent en doute..." - Controverse sur l'existence d'un risque accru de suicide chez les jeunes homosexuels.

Colloque Jeunes & Homosexualité (1999): "Entre juin 1997 et juin 1998, la ligne a été sollicitée près de 25 000 fois. Un peu moins de 4 000 appels ont pu être traités aboutissant sur plus de 1 400 entretiens personnalisés (bien qu'anonymes) d'une durée moyenne de 20 minutes. Plus de 70 % des appelants expriment une difficulté à accepter leur différence sexuelle. Les problèmes de peur, de crainte, d'acceptation de soi, de solitude, d'isolement et de mal être reviennent le plus fréquemment durant les entretiens. Le mal être, lui, concerne 13 à 14 % des appelants dont certains n'hésitent pas à parler d'état dépressif, de pulsions suicidaires ou même de tentatives de suicid

Le suicide révèle la souffrance singulière des jeunes homosexuels (2005): "Les résultats préliminaires du travail de Marc Shelly, médecin de santé publique et responsable du centre de dépistage anonyme et gratuit de l’hôpital parisien Fernand-Widal, font apparaître que, "toutes choses égales par ailleurs" ­ âge, lieu de résidence, niveau d’études, catégorie socioprofessionnelle, structure familiale parentale, modes de vie (couple ou célibat) ­, les jeunes homosexuels ont treize fois plus de risque de faire une tentative de suicide que les jeunes hétérosexuels. Ces résultats confirment les chiffres issus des études américaines, canadiennes et australiennes : elles aboutissent, chez les homosexuels, à des chiffres de "sursuicidalité" variant de six à treize." - Prévention du suicide et pratiques de réseaux-congrès international-Liège du 18 au22/11/2002: " Les résultats obtenus : • confirment la sursuicidalité des HSH (30% ; p<0.05 ; 6 fois supérieure à celle des hommes hétérosexuels..." - Suicide des jeunes : premiers chiffres français (2003). - Péril suicidaire chez les jeunes homos (2005): Une enquête indépendante révèle qu’un homo ou bisexuel homme a treize fois plus de risques de faire une tentative de suicide qu’un hétérosexuel. Extrait de l’article paru dans liberation.fr.

A French politicians outs himself and states the following (N/A): "Je suis et resterai persuadé que plus de visibilité (de tous en général, mais des hommes et femmes publics en particulier) éviterait sans doute un certain nombre de suicides de jeunes (ou moins jeunes homosexuels)." - Les suicides: " En réfléchissant à cette première tentative des années plus tard, il est possible que cela soit le refoulement de mon homosexualité qui était encore endormie, je me souviens étant à l'internat à cette époque dans une école d'horticulture, dans le dortoir le thème homo avait été employé et d'ailleurs certains mecs étaient passé à la pratique pendant la nuit et que moi je ne savais pas ou j'en étais, le sexe, la masturbation était inconnue jusqu'à 20ans environ...  Pourtant de nouveau quelques années plus tard je fais ma deuxième tentative de suicide, juste environ 1an avant mon coming out, pourquoi cette nouvelle tentative de me supprimer, je ne le sais toujours pas, je sais que je suis quelqu'un de très différent des autres, plutôt fragile, c'est comme ça surtout que je suis en pleine période d'anorexie physique et mentale, je veux un suicide rapide et aussi un suicide morbide, j'ai décidé de ne plus manger et de me laisser mourir à petit feu..." - Le suicide chez les jeunes homosexuels N/A.

Pas de mission sur le suicide pour Christine Boutin (communiqué Inter-LGBT - 26 mai 2003): "A l'unanimité, le Conseil de l'Interassociative lesbienne, gaie bi et trans, réuni ce samedi 24 mai, a voté une décision demandant à Jean-Pierre Raffarin de retirer la mission qu'il a confiée à Christine Boutin sur les taux de suicide en France (cf. décision ci-dessous). Constatant que "Christine Boutin s'est faite le relais d'une homophobie des plus violentes, et sans doute des plus destructrices auprès des jeunes en construction de leur identité", le Conseil de l'Inter-LGBT estime que "la mission confiée par le Premier Ministre à Christine Boutin est une provocation à l'égard des associations LGBT". Les associations font remarquer que la députée " a offert une tribune inédite à une haine homophobe qu'elle n'inscrira probablement pas dans son rapport comme une cause de suicide"." - Ex Aequo écrit à Christine Boutin sur le suicide des jeunes gays. - Suicide, prévention : deviner le risque chez l'adolescent. - Le suicide à l'adolescence. - Communiqué de Presse - Suicide des Jeunes N/A: "Suite à la publication du rapport 2001 de l'INSERM sur le suicide des jeunes, l'association DEGEL constate qu'une fois de plus le problème du suicide chez les jeunes gais et lesbiennes est totalement occulté. Or, des études Nord-Américaines réalisées au cours des dix dernières années révèlent que le risque d'attenter à sa vie pour un-e jeune homo est sept fois plus important que pour un jeune hétéro. En France aucune étude prise en charge par l’Etat n’a été faite à ce jour."

Italy / L'Italie: - Enquête Italienne (Translation): (2000, Must Scroll, Alternate Link,, Translation) "L'Associazione gay e lesbica de Florence a mis en place une enquête sur internet à laquelle 800 gais et lesbiennes du monde entier ont répondu (les deux tiers des réponses provenaient d'Europe). Cette enquête fait suite à une série de suicides de jeunes gais en Sardaigne, en Sicile (immolation par le feu) et en Lombardie ainsi qu'à la mise à mort publique d'un jeune homosexuel par son père à Foggia dans les Pouilles. Les résultats de l'enquête internet sont frappants. Si 65 % des gais et 61 % des lesbiennes avouent avoir pensé au suicide, 22 % des hommes et 21 % des femmes ont effectivement un jour tenté de mettre fin à leur jour. 28 % des répondants ont effectué un traitement psychologique ou psychiatrique (11 % contre leur volonté). Enfin la moitié environ des ques­tionnaires fait état de violences subies en raison de l'orientation sexuelle, ces violences pouvant être physiques (le plus souvent les parents et les camarades d'école), psychologiques ou sexuelles."

Italie : le suicide d'un jeune homosexuel secoue le pays (2013): Un jeune homosexuel de 21 ans s'est suicidé à Rome, le troisième en un an. Dans sa lettre d'adieu, il dénonce le climat d'homophobie qui règne dans la péninsule... Pour Fabrizio Marrazzo, le porte-parole de Gay Center, "les suicides et tentatives de jeunes homosexuels sont un phénomène alarmant. Notre ligne verte Gay Help Line reçoit 2 000 appels par an et les données en notre possession montrent qu'un homosexuel sur dix a déjà pensé au suicide. Il est temps de dire stop." Une manifestation est d'ailleurs prévue ce mercredi à 22 heures à Rome, à l'appel d'associations de défense des droits des homosexuels, afin d'obtenir du Parlement une loi contre l'homophobie. Il faut dire que les responsables italiens ne font rien pour atténuer le climat d'homophobie latente qui règne en Italie. -  Italie: le suicide d’un adolescent mis à l’écart à cause de son homosexualité (2013): La justice italienne ouvre une enquête pour incitation au suicide, après la mort d'un adolescent de 14 ans. Il a mis fin à ses jours la semaine dernière, en expliquant avoir été la cible de moqueries de la part de ses amis sur son homosexualité. Les cas de suicides d'adolescents homosexuels sont de plus en plus fréquents en Italie.

Vives réactions en Italie après le suicide d’un jeune gay victime d’homophobie (2013): Plusieurs suicides de jeunes homos ont été recensés au cours de l'année. Un phénomène qui inquiète les associations. Elles demandent au gouvernement d'agir. - Le suicide d'un jeune gay fait réagir l'Italie (2013): Un jeune homosexuel de 21 ans s'est suicidé à Rome, le troisième en un an. Dans sa lettre d'adieu, il dénonce le climat d'homophobie qui règne dans la péninsule. C'est une tragédie qui illustre une fois de plus le climat d'homophobie qui pèse sur l'Italie. Dans la nuit de samedi à dimanche, un jeune homosexuel de 21 ans s'est jeté du onzième étage d'un immeuble de Rome. En guise de testament, le malheureux a laissé une lettre où il écrit : "Je suis gay. L'Italie est un pays libre mais l'homophobie existe et ceux qui ont ce type d'attitudes doivent se confronter à leur conscience".

La principale rue de Rome s'illumine aux couleurs de l'arc-en-ciel (2013): Après le suicide d'un adolescent gay cette année, la mairie de Rome a décidé que les illuminations de Noël porteraient les couleurs du drapeau de la cause homosexuelle. Une première, à quelques pas du Vatican. Illuminations de Noël inédites pour la Cité Eternelle : la principale rue de Rome s’est illuminée vendredi aux couleurs de l’arc-en-ciel, un message du nouveau maire de la capitale italienne pour les droits des homosexuels. «Avec ces lumières, Rome veut envoyer un message clair : c’est la capitale des droits», a indiqué sur son site Imma Battaglia, conseillère municipale et militante d’un mouvement de défense des homosexuels. La décision d’illuminer ainsi la Via del Corso, qui s’étend sur un 1,5 km en plein coeur de la capitale, a été prise avec le maire Ignazio Marino (gauche) pour envoyer un message contre l’homophobie après le suicide cette année d’un adolescent gay. «N’importe quel touriste comprendra le sens» de ces illuminations car «l’arc-en-ciel est le symbole du monde homosexuel», a indiqué Imma Battaglia.

Pietrantoni L (1999). Adolescenza, Tentato Suicidio E Orientamento Sessuale: Uno Studio Sui Correlati Psicosociali. Minerva Psichiatrica, 40: 75-80. Full Text (Translation). - Il suicidio tra i giovani gay, lesbiche, bisessuali e transgender (2008, Translation). - Gay sedicenne suicida a Torino (2007, Translation).

Le suicide de jeunes homosexuel/le/s: "En Italie, par exemple, selon une enquête réalisée dans le cadre du programme Daphné financé par l'Union européenne, 40 % des personnes interrogées avaient envisagé le suicide, et 13 % avaient tenté de se suicider. C'est dans la tranche d'âge des 14-16 ans que prévalaient les idées de suicide, tandis que les tentatives de suicide avaient généralement lieu entre 16 et 18 ans." - Situation des lesbiennes et des gays dans les États membres du Conseil de l'Europe: (2000, Alternate Link) "En Italie, par exemple, selon une enquête réalisée dans le cadre du programme Daphné financé par l'Union européenne, 40 % des personnes interrogées avaient envisagé le suicide, et 13 % avaient tenté de se suicider. C'est dans la tranche d'âge des 14-16 ans que prévalaient les idées de suicide, tandis que les tentatives de suicide avaient généralement lieu entre 16 et 18 ans."

Buffoli A, Colucci E (2007). Self-harm and suicidal behaviour among young Italian lesbians, gays and bisexuals. Paper presented at the 2007 International Association for Suicide Prevention (IASP) Conference, Killarney, Ireland. Abstract (Word Download N/A, Abstract) : International epidemiological studies demonstrate that gay and bisexual people are more likely to attempt suicide than their heterosexual counterparts. This study reflects the paucity of reserch about self-harm and suicidal behaviour in young Italian homosexuals. Method: 720 Italian participants (605 M and 115 F), 18-24 years old, who identified themselves as lesbian, gay or bisexual answered to an on-line survey hosted on an internet website. Results: Data collected through the semi-structured questionnaire are compared for gender, geographical provenance and sexual orientation. More than 80% of the sample reported to have thought about suicide and 20% reported one or more suicide attempts. Participants living in rural areas in South Italy were at greater risk of suicide. Related Article/Interview: Suicidio: 8 gay italiani su 10 ci hanno pensato (2007, Translation): .Buffoli, allora com'è andata la ricerca dopo la pubblicazione del nostro primo articolo? Benissimo, basti dire che solo nella settimana successiva ho ricevuto più di 1000 questionari compilati. Al termine della fase di raccolta dati, i questionari validi, ovvero quelli compilati da gay lesbiche e bisessuali nati e residenti in Italia, nella sola fascia d'età tra i 18 e i 24 anni, erano 720, dei quali 605 maschi e 115 femmine. Solo su questo gruppo, per il momento, sono state condotte le analisi... Quali sono i dati più significativi emersi? Che l'82.5% dei maschi e il 84.3% delle femmine ha pensato almeno una volta di suicidarsi e che il 17.7% dei maschi e il 32.2% delle femmine ha tentato il suicidio. Calcolando una scala di rischio suicidario dalle domande epidemiologiche per ogni soggetto e valutandoli in relazione alla provenienza geografica (nord centro sud Italia) e le dimensioni del centro abitato, è emerso un maggior rischio suicidario per coloro che vivono al sud in centri piccoli, inferiori a 10.000 abitanti. Possiamo solo ipotizzare che questo sia dovuto al fatto che il Sud è l'area più tradizionalista del Paese e che l'omosessualità sia meno accettata che nel resto d'Italia.

Italy has been rocked by the suicide of a teenager who was subjected to anti-gay taunts at school:  According to Italy's Gay Help Line, more than one third of the calls it gets are from students distressed by taunting and bullying at school. On Friday homophobic graffiti was sprayed across the front of a well-known gay and lesbian bookshop in Milan. Also on Friday, the Rome chapter of Arcigay claimed that local priests were pressuring mothers to have their gay children exorcised. Arcigay also complained about RAI state TV broadcaster news reports implying that the dead boy was picked on not because he was gay but because he was seen as a 'swot'..." - Turin: Suicide d'un «étudiant modèle» (2007): "L'Italie est sous le choc après le suicide de Matteo, un adolescent de 16 ans. Dans une lettre qu'il a laissé à ses proches, il disait être la victime d'humiliations constantes de la part de ses camarades, qui le traitaient de «pédé».

Belgium / La Belgique:- A study referenced on the Unit for Suicide Research. (Related Information)  Study Title: Controlled cross-sectional study of suicidal thoughts, impulses, and behaviour among homosexual adolescents. - Homosexualité et suicide: liaisons dangereuses. - Les jeunes gays et lesbiennes et le suicide: etat de la question et listes de prevention. - État de la question et pistes de prévention: Synthèse de la journée d’étude organisée le 17 juillet 2001 (PDF Download). - Caroline Lamarche, auteure de « Lettres du pays froid » « Pour moi, écrire, c’est agir et se battre au-delà de l’impuissance » « Alexis, un jeune homosexuel victime d’un suicide raté, ne survit que pour organiser une nouvelle tentative de meurtre contre lui-même. Face à lui, une femme habitée par ses rêves se laisse happer par ce malheur exceptionnel. » - Mister Suisse Romande est gay: «Je compte bien consacrer une partie du temps de mon règne comme Mister Suisse romande à sensibiliser la population aux problèmes des jeunes gays. Eux, plus que tout autre, rencontrent très souvent des problèmes dans l'affirmation de leur sexualité. Ils connaissent un taux de suicide plus élevé. Je m'engagerai afin que cela ne soit plus le cas.»

Lesbian Bisexual Females vs Heterosexual Females: 25% (approx.) vs 5.4% attempted suicide at least once, and 45% vs 24.3% reported having contemplated suicide. Gay Bisexual Males vs Heterosexual Males: 12.5% (approx) vs 5.9% attempted suicide at least once, and 24.3% vs 16.0% reported having contemplated suicide. Note: This study is the one referenced on the Unit for Suicide Research's Current Research Page N/A. Study Title: Controlled cross-sectional study of suicidal thoughts, impulses, and behaviour among homosexual adolescents. Relevant Information: "Controlled cross-sectional study of suicidal thoughts, impulses, and behaviour among homosexual adolescents. Anecdotal reports indicate a substantially increased risk of suicidal behaviour among homosexual adolescents. This study aims at the assessment of suicidal thoughts, impulses, and behaviour among homosexual adolescents by comparing them with heterosexual adolescents. This study is conducted in cooperation with the Dept of Sociology, University Gent (Prof. Dr. J. Vincke)." The paper was presented at the 7th European Symposium on Suicide and Suicidal Behaviour held from September 9-12 in Gent, Belgium. The symposium's program and abstracts (PDF) may be downloaded from a Symposium web page. Published as: van Heeringen C, Vincke J (2000). Suicidal acts and ideation in homosexual and bisexual young people: a study of prevalence and risk factors. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 35: 494-99.  (A PubMed "abstract") Full text N/A available online. Two September 1998 articles, one published in Brussels, and one by Reuters, report that "up to five times as many young lesbians and gay men in Flanders have attempted suicide [compared to] their heterosexual counterparts." Sample Age: 15- to 25-years old.

Le taux des tentatives de suicide est plus élevé chez les jeunes homosexuels (6 octobre 1998, Must Scroll): "Une étude menée en Flandres par l'université de Gand montre que les jeunes homosexuels de 15 à 25 ans ont 2 à 5 fois plus de risque de tenter un suicide que les jeunes hétérosexuels. 25% des femmes bisexuelles ou lesbiennes et 13% des hommes homosexuels avaient tenté un suicide, contre 5.4% des femmes et 5.9% des hommes hétérosexuel-le-s. 45% des femmes bisexuelles ou lesbiennes et 33% des hommes homosexuels avaient envisagé un suicide, contre 24% des femmes et 16% des hommes hétérosexuel-le-s. L'étude a été conduite par le sociologue John Vincke et le psychologue Kees van Heeringen auprès de 404 jeunes, homosexuels pour la moitié et présentée au 7ème Symposium Européen « The Suicidal Process: Challenges for Treatment and Prevention » du 9 au 12 septembre. - Etude Belge: Près de 70 pc des Belges homosexuels ont été un jour confrontés à des offenses ou des discriminations à cause de leur orientation sexuelle. L'enquête montre également que la tendance au suicide est plus élevée chez les jeunes homosexuels que chez les hétérosexuels du même âge. Pas moins de 15 pc des homosexuels ont éte abusés sexuellement dans leur enfance, alors que la proportion est de 5,4 pc chez les hétérosexuels.

Plus d’un jeune sur cinq pense au suicide en Belgique (2004). - La santé des femmes lesbiennes et bisexuelles (2005, ILGA-Europe). - Au commencement, il y a l’injure... "Sale pédé", "sale gouine" (2009): Bien qu’au point de vue juridique l’égalité des droits entre les hétéros et les LGBT (2) ait beaucoup progressé ces dernières années en Belgique, l’hétérosexisme et l’homophobie sont encore trop répandus, particulièrement à l’école. 

L’icône dont le suicide bouleverse la Flandre (2009): En fait c’est surtout la vie privée de Yasmine qui lui avait valu son statut d’icône "B.V.". Dès 1995, elle avait affiché son homosexualité et était rapidement devenue une icône du mouvement gay et lesbien en Flandre... a tristesse est immense au nord du pays. Mais qui les Flamands pleurent-ils ? La chanteuse, la présentatrice, le couple homo modèle ou l’amoureuse au destin tragique ? Il faut probablement être en connexion avec la planète média flamande pour comprendre. Pour Jan De Troyer, directeur de TV Brussel, c’est probablement la somme de tous ces aspects qui a fait de la jeune femme une "B.V." hors du commun : une femme de médias et de talent, impliquée dans un couple lesbien avec enfant puis très affectée par sa rupture, met fin tragiquement à ses jours. Un personnage de roman, roman dont les Bruxellois et les Wallons ignoraient tout avant que ne s’écrive la dernière page.

L'homophobie: Comment la conter (2010): "Vice italien", "mœurs arabes", ou encore "vice grec", l’homosexualité est forcément un mal venu d’ailleurs. À l’instar du racisme, de la xénophobie, l’homophobie résulte d’une impossibilité d’accepter et de respecter la différence. Comment la nommer? Comment la contrer? ... Outre le fait d’avoir cumulé plusieurs formes de stigmatisation (péché, maladie, crime), les gays et les lesbiennes subissent les discriminations d’une manière particulièrement insidieuse. Chaque homosexuel vit individuellement l’homophobie...  L’homophobie est l’attitude d’hostilité à l’égard des homosexuels. Le terme a été utilisé pour la première fois aux États-Unis en 1971, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’il apparaît dans les dictionnaires de langue française. Si la composante première de l’homophobie est un refus irrationnel, une haine envers les gays et les lesbiennes, elle ne peut pas néanmoins être réduite à sa seule dimension phobique.. Le problème est l’homophobie, pas l’homosexualité ! ... Hétérosexisme et homophobie: ... Les différents visages de l’homophobie: Une première forme de violence à l’encontre des gays et des lesbiennes se caractérise par le sentiment de peur, de dégoût et de répulsion. Il s’agit d’une véritable manifestation émotive de type phobique comparable à l’appréhension que l’on peut ressentir dans les espaces fermés (claustrophobie) ou vis-à-vis de certains animaux (arachnophobie). Si cela a été le sens originel donné au terme “homophobie”, il est vite apparu comme extrêmement limité, ne recouvrant que très partiellement l’étendue du phénomène. En effet, cette forme brutale de violence répond uniquement à une attitude irrationnelle qui trouve ses origines dans des conflits individuels. D’autres manifestations moins grossières, mais non moins insidieuses, exercent leur violence quotidiennement. Cette autre figure de l’homophobie plus “euphémisée” prend ses racines dans l’attitude de mépris constitutive d’une façon ordinaire de catégoriser l’autre. Si l’homophobie affective (psychologique) se caractérise par la condamnation de l’homosexualité, l’homophobie cognitive (sociale) prétend simplement maintenir la différence homo/hétéro, en prônant à cet égard la tolérance, forme policée de la clémence des orthodoxes envers les hérétiques. Dans ce dernier registre, nul ne rejette les homosexuels mais personne ne trouve choquant qu’ils ne jouissent pas des mêmes droits que les hétérosexuels. La notion d’homophobie peut s’élargir à des discours et à des comportements qui, dépassant la simple appréhension envers les gays ou les lesbiennes, articulent une forme générale d’hostilité à l’égard des comportements opposés aux rôles socio-sexuels préétablis. Ainsi, l’homophobie apparaît comme une déclinaison du sexisme, c’est-à-dire de la discrimination des personnes en raison de leur genre (féminin/masculin)...

Association réformatrice des homosexuel(le)s et de leurs amis: Les Liens. - Le Suicide et l"homosexualité: les études. - Propos irresponsables de Monseigneur Léonard N/A: Les associations gay et lesbiennes et la Ligue des droits de l’Homme dénoncent les propos irresponsables de Mgr Léonard. Selon les statistiques les plus récentes, le suicide représente la deuxièmecause de mortalité chez les jeunes garçons belges âgés de 14 à 24 ans. En outre, le taux de suicide est quatre fois plus élevé chez les jeunes homosexuels que chez les jeunes hétérosexuels. En qualifiant les homosexuels d’anormaux, l’évêque de Namur, Mutien-Marie Léonard, a émis des propos… irresponsables ! ... - Propos irresponsables de Monseigneur Léonard: Les associations gay et lesbiennes et la Ligue des droits de l’Homme dénoncent les propos irresponsables de Mgr Léonard. Selon les statistiques les plus récentes, le suicide représente la deuxièmecause de mortalité chez les jeunes garçons belges âgés de 14 à 24 ans. En outre, le taux de suicide est quatre fois plus élevé chez les jeunes homosexuels que chez les jeunes hétérosexuels. En qualifiant les homosexuels d’anormaux, l’évêque de Namur, Mutien-Marie Léonard, a émis des propos… irresponsables !

Mon homosexualité et mon enfance, deux choses liées: Cependant, la peur de l'annoncer à mes parents a été trop grande et en avril, j'ai fait une tentative de suicide. Lors de ma tentative, ma seule envie était vraiment d'en finir, ce n'était pas un appel au secours pour moi. Je n'en pouvais plus de ne pouvoir me confier à personne et surtout de me sentir si isolé, si perdu. J'en avais certes parlé à cette amie mais cela n'allait jamais très loin, c'était surtout du soutien qu'elle m'apportait mais pas réellement de réponses à mes questions. Je suis donc arrivé à l'hôpital et je vous avoue que j'avais vraiment très très peur, non pas de mourir mais tout simplement des questions qu'on allait me poser et je me disais que mes parents allaient être au courant pour moi et tout serait pire qu'avant... - Etre gay peut peser trop lourd: Découvrir son homosexualité à un âge où l’on met son identité en question est parfois trop difficile. Au point de conduire au suicide. Pour éviter cette solution définitive, une clé : la parole...  


Switzerland / La Suisse:  Un jeune gai sur quatre a tenté de se suicider! (2000, Alternate Link) - Statistiques relatives aux tentatives de suicide commises par les adolescents homosexuel(le)s. (Must Scroll) - Parler d'homosexualité à l'école? La question gay déchire leRoyaume-Uni. (Et la situation en Suisse?) - Un jeune gay sur quatre a tenté de se suicider (2000): "Selon une étude suisse, les garçons âgés entre 13 et 17 ans qui aiment les garçons traversent une crise profonde. Le psychiatre lausannois Pierre Cochand propose d'aborder le sujet dans les écoles. Il note que plus on parle des comportements homosexuels, plus leur fréquence diminue..." -   Suicide et tentative de suicide parmi les personnes à orientation homo-/bisexuel (2003). - Lutter contre le suicide des jeunes homosexuels (2003). - Suicide et homosexualite en suisse : des chiffres qui interpellent (2012, Download Page).

Le risque de suicide chez les jeunes homosexuels est entre deux et cinq fois plus élevé que chez les hétérosexuels (2013). - Suicide : 2 à 5 fois plus de tentatives chez les jeunes homos (2013): Les trois enquêtes analysées, l’enquête SMASH sur la santé des adolescents, ch-x, sur la santé des recrues et l’Etude sur la santé des hommes gays de Genève sont les données les plus récentes sur le sujet. D’après le chercheur Jen Wang, la Suisse est pionnière en Europe. Au début des années 2000, elle s’intéressait déjà à ces questions.

Etre gay peut peser trop lourd (2010): Découvrir son homosexualité à un âge où l’on met son identité en question est parfois trop difficile. Au point de conduire au suicide. Pour éviter cette solution définitive, une clé: la parole... Mais le fait d’être gay peut peser dans la décision de mettre fin à sa vie? C’est un facteur de souffrance, sans aucun doute. L’adolescence est de toute façon un âge difficile. C’est une période où la personnalité est en construction, où l’on cherche une appartenance sociale. L’homosexualité peut être un facteur supplémentaire de ce mal-être. - Le suicide et les lesbiennes: Le suicide, la conséquence la plus grave de l'homophobie.

Thorens, Elisabeth (2010). La prévention du suicide chez les jeunes : les adolescents homosexuels, une catégorie exposée au risque. Bulletin CIIP, 24, juin. PDF Download. D’une part, la cruauté des jeunes entre eux et leur volonté de ne pas déroger à la norme les poussent à utiliser régulièrement des insultes homophobes. D’autre part, la méconnaissance des enseignants face aux questions d’homosexualité chez les jeunes fait que, sans même le savoir, ils diffusent le modèle d’une norme unique de l’hétérosexualité, du couple formé d’un homme et d’une femme invariablement. Cela contribue au sentiment d’exclusion que peuvent ressentir les jeunes homosexuels...  Dans ce contexte, un jeune en questionnement sur son orientation sexuelle ne peut que se sentir anormal et rejeté. Si un élève est discriminé à cause de son origine ou de sa religion, l’école et les enseignants n’hésitent pas à réagir ; pourquoi ne le ferait-elle pas dans le cas de l’homosexualité ? L’école doit fournir un environnement sûr et accueillant pour tous les jeunes, y compris ceux qui sont homosexuels. Il faut savoir que les parents et l’école constituent les principaux facteurs de protection contre le risque de suicide, auxquels les jeunes gays et lesbiennes sont plus exposés que les autres en raison notamment de la discrimination qu’ils subissent. Lutter contre l’homophobie est donc un moyen de contribuer à la prévention du suicide chez les jeunes.

Informations - Suicide des jeunes homosexuels: STOP SUICIDE est inquiète du fort taux de tentatives de suicide parmi les jeunes qui se disent homosexuels. En effet, plusieurs travaux montrent, en moyenne, qu’un jeune homosexuel sur quatre fait une tentative de suicide !  Il y a lieu, ici, de dire clairement qu’aucun lien ne peut être fait entre homosexualité et suicide en tant que tel. Par contre, le fort taux de suicide des jeunes qui se disent homosexuels mérite que l’on se penche particulièrement sur ce problème délicat, sans préjugés. En fait, pour STOP SUICIDE, il s’agit de trouver un moyen de proposer un dispositif d’aide adéquat, d’où elle collabore activement avec les organisations homosexuelles.

Suffering in Silence: Despair and confusion of children questioning their sexual or gender identity (2003: UNOG OHCHR – 59th Session of the Commission on Human Rights, Genève): The focus of the panel is the right to mental and physical health, to education and to nondiscrimination of children who are homosexual, bisexual or transsexual or in the process of questioning their sexuality or gender identity. The panel will address the problem of teenage suicide, and stress the interrelatedness between the rights to mental health, education, information and nondiscrimination...  Le Risque De Suicide Chez Les Jeunes A Orientation Sexuelle Non Conventionnelle (Gays, Lesbiennes, Bisexuels, Transgenre) par Jean-Marie Firdion, Eric Verdier.

Cochand P and Bovet P (1998).  HIV infection and suicide risk: an epidemiological inquiry among male homosexuals in Switzerland. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 33(5), 230-4. .(PubMed abstract.) From the abstract: "A high rate of suicide attempts was found among homosexuals, both HIV- and HIV+."  The lifetime suicide attempt rate for the sample of 144 gay and bisexual males is about 23%. Research Highlights. - Un jeune gay sur quatre a tenté de se suicider: "Selon une étude suisse, les garçons âgés entre 13 et 17 ans qui aiment les garçons traversent une crise profonde. Le psychiatre lausannois Pierre Cochand propose d'aborder le sujet dans les écoles. Il note que plus on parle des comportements homosexuels, plus leur fréquence diminue..." - Note: In 1998, an Australian study also reported elevated lifetime "suicide attempt" rates (21% - 29%) for a similar sample of gay and bisexual males. See "Australia" page.

Cochand P, Dennler G, Weber O (2002). Perception du système de soins par les jeunes hommes homosexuels. Revue Médicale Suisse, 615, 27/03/2002. Full Text: "Les difficultés des jeunes homosexuels à accepter leur orientation sexuelle, les problèmes psychologiques qu’ils présentent et l’absence fréquente de soutien du milieu familial dans le moment de crise que peut être la prise de conscience de sa différence identitaire conduisent un certain nombre d’entre eux à chercher dialogue et compréhension auprès du corps médical. L’attitude des soignants face au questionnement identitaire de ces adolescents et plus généralement face à l’homosexualité est dès lors décisive pour l’épanouissement de ces jeunes patients. Trois vignettes cliniques illustrent les difficultés tant des jeunes homosexuels que des soignants à aborder sereinement cette problématique..."

Bonvin-Mullor, Nuria (2002). Devenir des homosexuels ayant commis un tentamen. Lausanne,  La Suisse. Résumé (PDF): Notre collectif compte 37 hommes homosexuels et bisexuels ayant eu dans leur histoire un geste suicidaire et 126 hommes homosexuels et bisexuels [7] n'en ayant pas eu. Les données récoltées, grâce à un questionnaire anonyme et structuré, explorées puis comparées sont de nature socio-démographiques générales (situation professionnelle, habitudes relationnelles, addiction et alcool, état dépressif et risque suicidaire) et spécifiques (habitudes sexuelles, acceptation de l'homosexualité, séropositivité et Sida, risque suicidaire).

Conférence Internationale N/A (2006) - La discrimination directe ou insidieuse touche de plein fouet la santé des femmes lesbiennes et bisexuelles. Des militantes du monde entier ont fait le point mercredi dernier à Genève... La Namibienne Linda Baumann –une des seules lesbiennes déclarée dans son pays– a ouvert le bal des témoignages: «L'intolérance, la discrimination à l'école et au travail, les mariages forcés et le manque d'espace pour nous exprimer conduit à l'abus d'alcool, de drogue et amène parfois jusqu'au suicide.» Une situation comparable en Chine, où Bin Xu, une militante de l'organisation Common language, a mené une étude statistique approfondie: «37% des lesbiennes de notre échantillon ont tenté de se suicider», précise-t-elle. Dans les pays du Nord, les mêmes processus sont à l'oeuvre, ont assuré plusieurs intervenantes. «Notre grand problème, c'est l'isolement, le manque d'auto-estime, ce qui conduit à des comportements addictifs», a expliqué une militante genevoise...

La double discrimination dont souffrent les lesbiennes en Suisse: Plus grave encore : récemment, une campagne de prévention appelée « Stop suicide » a été mise en place par le gouvernement fédéral visant à prévenir le suicide chez les jeunes adolescents parmi la population homosexuelle, avec des tests sur une année. Une campagne active et bien financée qui n’a fait apparaître des résultats que chez les jeunes gais. Aucune statistique n’est apparue concernant les jeunes femmes. Ces statistiques concernant les jeunes gais ont montré, démontré preuve à l’appui que les jeunes adolescents à la découverte de leur homosexualité, était un groupe hautement à risque en ce qui concerne le suicide de manière 4 à 5 fois supérieure aux jeunes garçons hétérosexuels...

Etude et statistiques sur les jeunes gays en Suisse Romande: - Le questionnaire ciblait explicitement des jeunes hommes de 16 à 25 ans... Durant ces 6 derniers mois, avez-vous eu des idées de suicide? non, jamais: 68.3%; oui, rarement: 16.3%; oui, parfois: 9.8%; oui, souvent: 5.7%... Avez-vous par le passé tenté de vous suicider? Oui: 24.4%; Non: 74.4%; ne répond pas: 1.6%. Echantillion: n = 102 jeune hommes homosexuels et bisexuels. - Santé Gaie (2000): Un papier de discussion préparé pour Dialogai par Michael Häusermann. - Colloque VIH et santé gaie: Un nouvel outil à disposition (2006).

Projet Santé Gaie: les prémiers résultats de l'enquête sur la santé des hommes gais de Genèvre (2003, PDF) 571 hommes gais ont finalement répondu au questionnaire.... 19% des gais interrogés ont fait une tentative de suicide durant leur vie (contre moins de 3% des hommes dans la population générale selon les enquêtes sur la santé danoise et suédoise). 4% des gais interrogés ont fait une tentative de suicide durant les 12 mois qui ont précédé l’enquête (contre moins de 0.5% dans les mêmes enquêtes). 22% ont eu des idées suicidaires durant les 12 derniers mois. Les chiffres confirment l’urgence de cette question chez les jeunes gais, mais également son importance chez les gais de tout âge. Le suicide est une priorité de la santé publique à Genève. Combien faudra-t-il encore de recherches sur ce thème pour que les services de santé, les services scolaires et les associations de prévention du suicide mettent en place des programmes de prévention du suicide àl'attention de ce groupe particulièrement touché ?

Wang J, Häusermann M, Ajdacic-Gross V, Aggleton P, Weiss MG (2007). High prevalence of mental disorders and comorbidity in the Geneva Gay Men's Health Study. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology,  42(5): 414-20. Abstract. Full Text N/A. - Häusermann, Michael (2000). Santé Gaie. Un papier de discussion. PDF.

Certains pros de la santé ne savent rien des homos (2002): Les résultats intermédiaires d’une nouvelle recherche du CHUV le révèlent : des professionnels de la santé font preuve de préjugés à l’égard de jeunes gays. Et prodiguent même des conseils totalement inadéquats. - Suicide des jeunes homosexuels (2004). - Le suicide des jeunes gays et lesbiennes (2006).

Lausanne couleur arc-en-ciel (2006): Des milliers d'homosexuels et de lesbiennes venus de toute la Suisse ont défilé samedi à Lausanne à l'occasion de la «Swiss Gay Pride 2006». Des chars hauts en couleur ont accompagné le rassemblement... Le suicide des jeunes gays et lesbiennes: Un autre char tout en rose de l'association pink cross rappelait qu'il y a «quatre fois plus de suicide chez les jeunes lesbiennes et gays». Auparavant, le président du Conseil d'Etat vaudois Pascal Broulis a évoqué les discriminations pesant encore contre les minorités sexuelles ainsi que leurs conséquences. "Pensons au taux de suicide extrêment élevé chez les jeunes homosexuels... - Association Stop Suicide : Informations > Homosexualite.

A Visage Decouvert: our la première fois, 30 jeunes gays et lesbiennes de Suisse Romande racontent leur histoire à visage découvert. Avec élégance, talent et philosophie, mais surtout avec une honnêteté et un courage qui forcent le respect, ces jeunes gens évoquent la découverte de leur homosexualité et l’affirmation de leur identité dans un monde a priori hostile à la différence. Non sans émotion, ils racontent les souffrances que génère l’homophobie et le combat qu’ils ont dû mener pour briser les tabous et faire leur «coming out», c’est-à-dire sortir du placard dans lequel ils étaient enfermés. Des récits de vie qui rappellent certaines valeurs essentielles et qui soulignent qu’au-delà de nos différences, nous avons tous besoin d’amour et de liberté. Editions Slatkine, 2000.

Hungary / La Hongrie: - La santé des femmes lesbiennes et bisexuelles: questions locales, préoccupations communes (PDF, ILGA, 2007).  Enquete menee par ILGA-Europe: Pensees suicidaires au sein de la comunaute LGBT de Hongrie. La santé mentale est l’une des questions les plus sensibles pour la communauté LGBT. Concernant le stress, 88,4% des personnes interrogées se déclarent fréquemment stressées, 79,3% anxieuses et 46.2% se considèrent déprimées. Parmi ces personnes, 32,9% pensent que leur stress, leur anxiété ou leur dépression est lié(e) à leur orientation sexuelle. Seules 28,5% d’entre elles ont fait appel à des services spécialisés pour obtenir de l’aide, incluant les numéros d’aide des ONG. 71,5% ne se sont jamais fait aider. Cela résulte en partie du manque de confiance dans le devoir de confidentialité du médecin puisqu’il est nécessaire de parler de sa sexualité au médecin ou au psychologue lorsque l’on cherche à être soigné pour des troubles mentaux. Concernant les pensées suicidaires, la même étude, menée en Hongrie, montre que 56,2% des personnes interrogées ont déjà eu ce type de pensées et que 18,3% ont tenté de se suicider. Parmi les personnes ayant tenté de se suicider, 65% considéraient que leur tentative était liée à leur orientation sexuelle et à leur identité de genre. Les agressions, le harcèlement et la violence sont autant de facteurs pouvant avoir un impact sur la santé en général et sur la santé mentale en particulier. Seuls 33,8% des Hongrois interrogés déclarent n’avoir subi aucune des formes d’agression répertoriées dans notre liste. Nous notons également qu’une large moitié (59,2%) classait les insultes parmi les formes d’agression. 21,1% des réponses renvoyaient aux menaces de violences physiques.

Germany / Allemagne: - A study summary from - Statistiques relatives aux tentatives de suicide commises par les adolescents homosexuel(le)s: 217 GLB individuals aged 15 - 27 years. 18% have attempted suicide at least once, 50% responded to negatively in their families, and 66% were abuse verbally and/or physically in their families. Reference cited:"Sie liebt sie. Er liebt er." Etude berlinoise sur la situation psychosociale des adolescents homosexuels (217 personnes entre 15 et 27 ans), Administration du Sénat, Berlin, 1999 (www.sensjs.berlin.de). "Sie liebt sie. Er liebt er." Etude berlinoise sur la situation psychosociale des adolescents homosexuels (217 personnes entre 15 et 27 ans), Administration du Sénat, Berlin, 1999 (www.sensjs.berlin.de).

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Sweden / La Suède: - La Suède aux prises avec un grave taux de suicide (2003): D'après une étude récente concernant concernant le suicide chez les jeunes en Suède, le plus haut taux de risque serait situé chez les jeunes filles lesbiennes et bisexuelles âgées 16 et 24 ans. - Justin Lundsten: "I suppose I should devote my first column to myself. So read my life story, and I hope you enjoy it, that's why it's here... I have been clear with my sexuality as long as I can remember. I can't say a date or a year when it "came to me" that I was gay. But it is only in the last few years that I have realized what it means. I slipped in to a depression and cried a lot. I didn't meet any new people, or went with my friends out or to parties. I isolated myself, living of my own egoism. I even thought of committing suicide! ..." - Le suicide inquiète en Suède (2004). - Les communes doivent se mobiliser contre le suicide des jeunes homosexuels (2003). - Stockholm veut aider les jeunes homos, bi et transsexuels (2003).


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...New Caledonia / Nouvelle-Calédonie: Lert F, l’Unité 687 de l’INSERM (2008). Situation sociale et comportements de santé des jeunes en Nouvelle-Calédonie: Premiers résultats. PDF. Orientation homosexuelle: L’attirance sexuelle pour le même sexe et l’existence des rapports sexuels avec une personne de même sexe sont deux des trois indicateurs classiques pour rendre compte de l’homosexualité dans les enquêtes en population générale. Le troisième - l’identité sexuelle - correspond à une autodéfinition de soi qui ne s’affermit souvent que plus tard dans la vie et la question de l’identité n’a pas été posée à cette population de jeunes. Les jeunes qui ont déjà été attirés dans leur vie par quelqu’un du même sexe qu’eux (6% au total) sont plus nombreux parmi les filles (8%) que les garçons (4%). Ils sont plus urbains que ruraux (8% dans le Grand Nouméa versus 3% dans les autres régions)***. Ce sont les Européens métropolitains qui déclarent le plus une attirance homosexuelle (17%) et les Kanaks le moins (2%)***. En France, chez les 18-24 ans en 2006, 7,4% des filles et 4,8% des garçons déclarent avoir été sexuellement attirés par une personne du même sexe (38). Parmi les jeunes qui déclarent cette attirance, moins de la moitié (46%) ont déjà eu un rapport sexuel avec un partenaire du même sexe. Les déclarations d'expériences homosexuelles doivent cependant être considérées comme des estimations minimales dans la population jeune... Une association forte est observée avec les violences physiques dans la famille (36 % versus 26%), les violences sexuelles subies dans l’année (55% versus 27 %) et les insultes (31 % versus 22%). Le risque associé à l’orientation homosexuelle est très élevé que l’on considère l’attirance homosexuelle (71% versus 26%) ou les relations homosexuelles (80% versus 26%). L’analyse multivariée montre que tous ces facteurs, à l’exception des violences intrafamiliales dans l’année, augmentent de façon indépendante la suicidalité. Il faut remarquer que l’association avec l’orientation sexuelle est particulièrement élevée : le risque est multiplié par 7 chez les garçons et par 2 chez les filles... Enfin, l’orientation homosexuelle apparaît très difficile à vivre en Nouvelle-Calédonie aujourd’hui pour les adolescents et de façon exceptionnellement forte chez les garçons... Si le niveau des idées suicidaires est proche de celui observé en France métropolitaine, les tentatives de suicides sont deux fois plus fréquentes. Tentatives de suicide et idées suicidaires sont à des niveaux comparables entre les différentes communautés de Nouvelle-Calédonie, sans distinction entre les régions. Elles sont nettement associées aux difficultés et aux traumatismes dans l’enfance, à la précocité des addictions, et pour les garçons plus encore que pour les filles à une orientation homosexuelle. S’y ajoute pour les garçons l’isolement social... Les facteurs de la vie quotidienne liés aux idées suicidaires chez les garçons sont l’absence d’un groupe de copains avec qui on est souvent et le fait d’avoir perdu au moins un parent.. La problématique suicidaire chez les garçons et les filles ayant une orientation sexuelle pour le même sexe est un phénomène connu59, ce qui est inattendu c’est le niveau très élevé de ce lien avec un OR proche de 7 chez les garçons après prise en compte des autres facteurs. Les jeunes ayant déjà été insultés dans les lieux publics ont plus d’idées suicidaires que les autres jeunes...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Le Cameroun: - Espoirs et angoisses des homosexuels au Cameroun (2012): Une centaine de personnes sont arrêtées chaque année au Cameroun en raison de leur orientation sexuelle. Sept homosexuels sont actuellement incarcérés à la prison centrale de Kondengui, à Yaoundé. Cette traque homophobe risque de persister encore longtemps dans le pays d'autant qu'un projet de révision du Code Pénal camerounais est à l’étude pour faire passer la peine pour homosexualité de 5 à 15 ans de prison en cas de circonstances aggravantes. Comment vit-on aujourd’hui au Cameroun lorsque l’on est homosexuel(le) ? ... « Les travailleurs du sexe sont très exposés aux arrestations. Le travail du sexe est un délit donc on est encore plus marginalisés et poursuivis. On est au moins 120 entre Yaoundé, Douala et Edéa. Moi, j’ai été rejeté de tous pour mon homosexualité. J’ai même été excommunié par mon église en 2008. J’ai fait une tentative de suicide. Et puis heureusement, j’ai rencontré Me Nkom. Elle m’a expliqué que j’avais l’avenir devant moi. C’est à la suite de cette rencontre que je suis devenu activiste. Cela m’a rendu fort. Personnellement, je n’ai pas peur d’être arrêté, j’ai été à l’école de Me Nkom ! Je saurai quoi dire pour me défendre. Mais plusieurs de mes amis ont fui le pays à cause de la répression. Il est important aujourd’hui de solliciter le débat ».

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Suicide et homosexualité en Afrique: le cas du Cameroun: Si d’après cette thèse l’homosexualité n’existe pas en Afrique, comment peut-on en plus parler de suicide chez une catégorie de la population, qui est déniée ? Cependant l’étude récente que nous avons menée au Cameroun, a mis en exergue l’existence de l’homosexualité en Afrique en général, et au Cameroun en particulier. L’homosexualité au Cameroun ne relève pas du mythe, c’est une réalité observable... De tout ce qui précède, il ressort que l’attitude sociale réprobatrice vis-à-vis de l’homosexualité, peut être un facteur majeur, mais pas principal, de suicide chez les homosexuels. Cependant, le Cameroun a ceci de particulier que face à cette hostilité, les homosexuels ne pensent pas au suicide. A la place ils préfèrent jouer au jeu que la société aime observer, en se dotant d’un partenaire de l’autre sexe pour se faire accepter, tout en maintenant leur activité homosexuelle de manière cachée. C’est que nous avons désigné comme une stratégie de camouflage et le partenaire de l’autre sexe dont se sert est désigné par les gais au Cameroun sous le terme de « nfinga ». - L’homosexualité à l’assaut de la Civilisation Africaine - Cameroun - Rejetés, les homosexuels revendiquent leur intégration dans la société (2004): Parfois, les homosexuels sont tentés par le suicide, mais ils sont accrochés aux croyances locales selon lesquelles se suicider serait jeter de l'opprobre sur leur famille. Au Cameroun, le suicide est synonyme de malédiction. Difficile pour eux de se suicider, ils préfèrent soit souffrir leur rejet dans les coulisses, soit adopter la stratégie de camouflage, soit alors se confier à un proche.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Le Maroc: - Homosexualité au Maroc: Kal28, âgé de 29 ans en 2004, vit dans une petite ville du maghreb. Son coming-out n'est que virtuel, via le net, ne pouvant pas l'annoncer chez lui... Bonjour à tous. Eh bien moi, je ne suis pas européen ! Je suis marocain ! Dans un pays arabomusulman ! Le coming-out pour moi, c'est comme se jeter dans les enfers ! Ni famille, ni amis, ni personne ici ne pourra comprendre ce que c'est d'être homo... ! Alors... ne trouvant aucune lueur d'espoir, en 1997, alors que j'avais 22 ans, et en plus du stress quotidien qui gonfle terriblement quand on est déjà mal dans sa peau, j'ai tenté de me suicider... et j'ai frôlé la mort... Etre homosexuel au Maroc (2010) - Interview de Samir Bergachi, fondateur du premier magazine homosexuel marocain : "Mithly": Afrik.com : Quels sujets le prochain numéro de Mithly va-t-il aborder ? Samir Bergachi : Nous allons consacrer notre une au phénomène du suicide chez les homosexuels. Nous avons réalisé une enquête sur le sujet et avons découvert que le taux de suicides est de 20% parmi les gays. Ce qui est vraiment inquiétant. Il faut que l’Etat intervienne. Nous avons aussi prévu un reportage sur une transexuelle algérienne, qui s’appelle Randa, et qui vient de sortir un livre. Sans oublier le festival de Mawazine au Maroc où sera présent le chanteur Elton John. - La déprime  des homos marocains (2011): Si certains Marocains ont été choqués par le choix d’un « préside occupé » pour la réunion de l’association des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT), si certains ont annoncé une « gay pride » comme ils auraient annoncé un rituel satanique, d’autres ont été davantage marqués par la déclaration du fondateur de l’association, Samir Bargachi : « Les homosexuels au Maroc souffrent de dépression. [...] Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’homosexuels qui pensent au suicide. » Il enfonce le clou : 30% des membres de la communauté LGBT au Maroc auraient déjà pensé – sérieusement – au suicide (cf. interview). 

Le Maghreb: - Le cas des Beurs et des Maghrébins en France (2006): Comment l’origine socioculturelle peut structurer la santé sexuelle, mentale et sociale d’une minorité ethnique de la communauté LGBT... La perte d’estime de soi conduit certains individus à se droguer, ce qui ajoute un vecteur supplémentaire de prise de risque. Elle peut conduire aussi l’individu à penser au suicide, et alors le VIH est vu comme un moyen de se donner la mort. Des témoignages montrent qu’à partir d’un certain âge, où il ne serait pas normal de ne pas être marié et père, certaines personnes viennent à se demander s’il ne serait pas plus simple de contracter le VIH pour en finir avec une vie ratée, une insertion ethnico-sociale impossible.- Témoignage de S. après la première rencontre organisée par le collectif des Homosexuel(le)s  Musulman(e)s: France: Qu’en est-il au Maghreb ??? L’homosexualité est frappée au Maghreb d’un double H : Hchouma (honte) et Haram (péché). Les rites, les croyances religieuses et familiales sont des raisons suffisantes pour rejeter l’homosexualité dite «occidentale ». Il faut savoir que dans les pays du Maghreb, la notion de famille est présente et est très respectée. Les maghrébins ont cette idée que accepter le développement de la culture gay, c’est accepter la perte des valeurs morales, familiales et religieuses. Par conséquent certains parents viennent à penser que c’est la France qui a rendu leur fils homosexuel car l’occident a perdu ses valeurs comme la famille et la religion… 


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Lebanon / Le Liban: - "Homosexualités et suicide: témoignages cliniques et contribution au débat à partir du Liban" par Jean-Luc Vannier.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Palestine / Israêl: - Etre homosexuel en Palestine, enquête au coeur du bourbier Palestinien (2008): « J’ai tenté de me suicider six fois déjà » dit Salah. « Chaque fois l’ambulance est arrivée trop rapidement. Mais maintenant je sais comment faire. La prochaine fois, avec l’aide de Dieu, ça va marcher avant que l’ambulance n’arrive ».

Russia / La Russie: - Homophobie en Russie: Un Pays hostile aux gais (2013): Le dernier épisode de la croisade du Kremlin contre les gais a été l’adoption en juin d’une loi interdisant la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs. « Avec cette loi, les groupes néo-nazis ont senti qu’ils avaient le feu vert du gouvernement pour torturer les homosexuels, les forcer à sortir du placard et les conduire au suicide », dit M. Poltavtsev... Aujourd’hui, les homosexuels russes préfèrent garder un profil bas. « Si vous restez discret, ce n’est pas vraiment dangereux d’être gai en Russie, dit M. Alekseïv. Mais il y a de plus en plus de cas de violences homophobes. Cette hostilité envers la communauté gaie existait avant, mais c’était latent. Désormais, les autorités alimentent le feu, qui grossit et grossit. » À Volgograd, un gai de 23 ans a été battu à mort. À Moscou, un journaliste vedette a été congédié après avoir révélé son homosexualité en ondes. Par prudence, plusieurs mènent une double vie, allant même jusqu’à célébrer de faux mariages. « Si vous êtes démasqués, vous pouvez faire une croix sur votre carrière. Vous êtes fini, soutient M. Poltavstev. La situation est pire dans les régions rurales et les petites villes. »


Azerbaïdjan: - Un militant de la cause homosexuelle se suicide en Azerbaïdjan (2014):  Un militant de la cause homosexuelle en Azerbaïdjan âgé de 20 ans s'est suicidé mercredi, après avoir déclaré dans un message qu'il ne pouvait pas continuer à vivre "dans ce pays et dans ce monde", a annoncé jeudi la police locale. sa Chakhmarli, président de "Azerbaïdjan Free LGBT", une association de défense des droits de la communauté lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, dont le siège est à Bakou, a été retrouvé mort, après s'être pendu à l'aide d'un drapeau aux couleurs arc-en-ciel. "Nous avons reçu un appel de ses proches qui nous ont informés du suicide", a déclaré un porte-parole de la police de Bakou. "Les policiers ont découvert son corps sur les lieux. Une enquête pour suicide a été ouverte".


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Corée du Sud: - Homosexualité en Corée du Sud N/A (2008):  Octobre 2008, le modèle de 23 ans, Kim Ji-hoo s'est suicidé à la suite de l'harcèlement d'internautes sur son homosexualité. Selon la police, son suicide reflète le préjudice du public envers les homosexuels et leur difficulté à réussir dans l'industrie du divertissement. Suite à l'annonce de son orientation sexuelle, l'Agence de gestion de Kim n'avait pas renouvelé son contrat et de programmes de télévision et de nombreux défilés de mode avaient annulé ses apparitions. Son blog a été bombardé de nombreux messages dénonçant son orientation sexuelle. 

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Japan / Le Japon: - Le Japon soutient les minorités sexuelles dans les écoles (2012): C’est par le biais du site américain Wall Street Journal que nous apprenons le lancement d’un programme pour combattre le suicide chez les jeunes homosexuels, au Japon ! Au Etats-Unis le projet It Gets Better débuté en 2010, offre un soutien aux jeunes lesbiennes, gays, bisexuels, et transexuels qui veulent se suicider. Au Japon, le projet porte le nom de Connected Hearts School, fondé par le député Taiga Ishikawa, et Fumino Sugiyama. Il débutera le 10 Septembre 2012. Cette date symbolique se réfère à la Journée Mondiale de la Prévention du Suicide. - Japan to take official steps in support of LGBT youths (2012, Translation).


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Les États-Unis: - Un étudiant homosexuel se suicide (2010): Un étudiant espionné par deux colocataires a mis fin à ses jours, à New York. Une vidéo de lui avec un autre homme s'était retrouvée sur internet. - Recueillement et colère après le suicide d'un homosexuel harcelé (2010). - Un étudiant gay espionné sur internet se suicide (2010). - USA, homophobie à l’école : harcelés, quatre jeunes gays se sont suicidés en septembre (2010). - Epidémie de suicides chez les jeunes LGBT (2010). - Des vidéos contre le suicide de jeunes LGBT (2010). - Homophobie et suicide en milieu scolaire : Des ados gais poussés au suicide (2010).  - Récit du suicide d'un fils. L'histoire de Bill.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Pourquoi tant de suicides dans le milieu porno gay ? (2013): Si le phénomène du suicide chez les jeunes LGBT est bien documenté, les problèmes de vieillesse chez les personnes LGBT restent largement sous-évalués, surtout à un moment où l'actualité gay se concentre surtout sur des problématiques de personnes en bonne santé, comme le mariage pour tous. Et si des acteurs aussi stables qu'Arpad Miklos se donnent la mort, cela renvoie à chacun d'entre nous les questions essentielles qui touchent à la vieillesse, à la solitude, à un monde où même la performance n'est plus suffisante.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Quinze ans, gay, suicidé (2013 - Jadin Bell, Gay Oregon Teen, Taken Off Life Support After Hanging Himself): Le jeune Jadin Bell avait tenté de se suicider il y a quelques jours par pendaison dans la cours de récréation de son collège. Il n’a pas survécu à ses blessures. Transporté d’urgence dans un hôpital spécialisé pour les enfants (Doernbecher à Portland dans l’Oregon), il a été placé sous assistance respiratoire dans un état grave, et malgré les soins intensifs qu’on lui a prodigués, le garçon est décédé il y a quelques heures, victime des intimidations et des injures liées à une orientation sexuelle qu’il n’avait pas choisie. Le jeune homme ne supportait plus ce harcèlement, spécifiquement homophobe, dont il était la cible, malgré sa popularité, sa gentillesse et sa joie de vivre. Il avait prévenu sa famille de ses difficultés à supporter son lycée, et il avait proposé de recevoir ses cours par correspondance.

Vague de suicides en septembre 2010 parmi les jeunes gays ou perçus comme gays aux Etats-Unis (2010). - Suicide d'un homosexuel filmé à son insu : un mois de prison pour son ex-colocataire (2012). - Piégé par une webcam, un étudiant homosexuel se suicide (2010). - Wentworth Miller a déjà tenté de se suicider à cause de l'homophobie (2013): L'acteur de la série Prison Break, qui a récemment annoncé qu'il était gay, a confessé avoir voulu mettre fin à ses jours à plusieurs reprises, et a souligné combien il était dur pour un comédien de rendre son homosexualité publique à Hollywood. «La première fois que j'ai essayé de me tuer, j'avais 15 ans.». -  Bouleversée par le suicide d'un ado gay (2011): Après avoir appris qu'un garçon de 14 ans s'est donné la mort suite à des insultes homophobes, Lady Gaga veut rencontrer Barack Obama pour le sensibiliser à ce problème.

Les adolescents homosexuels sont plus à risque s’ils n’ont pas de soutien familial (2010): Cependant, une nouvelle étude a maintenant dégagé un lien entre les réactions négatives de la famille à l’orientation sexuelle de l’enfant et de graves problèmes de santé chez ces adolescents une fois qu’ils atteignent l’âge adulte. L’étude, publiée dans la revue Pediatrics, a révélé que les adolescents qui sont rejetés par leur famille ont presque six fois plus de chances de signaler des niveaux de dépression élevés et plus de huit fois plus de chances de passer au suicide. Ces enfants sont aussi trois fois plus susceptibles d’utiliser des drogues illégales et d’acquérir une infection au VIH. De plus, les familles qui tentent de « convertir » l’orientation sexuelle de leur adolescent augmentent aussi le risque de problèmes de santé et de santé mentale, selon l’étude.

A Single Man : Sobre et poétique drame homosexuel sur le suicide (2010): L'homosexualité est un thème à la mode au cinéma, comme en témoigne le récent I Love You Phillip Morris. A Single Man s'affiche comme son contrepoint, présentant un homme homosexuel sérieux, professeur d'université, au look et aux manières tout à fait irréprochables. Tout en beauté feutrée et en sobriété, le film de Tom Ford se penche sur la question du deuil d'un être aimé et sur le suicide, se contentant de survoler ces thèmes sans y apporter de réponse satisfaisante... « Nous sommes invisibles » dit son compagnon, une phrase qui donnera le ton à tout le film : nous ne pourrons pas voir l'essentiel. Cet homme apparemment aimé et respecté veut se suicider, et longtemps, on s'interroge sur ses raisons. A Single Man ne juge pas, il présente des faits et suit la vie de cet homme de l'intérieur, avec de nombreux flash-backs poétiques sur son passé et des scènes-clés, que l'on ne peut pas toujours saisir, mais en général assez simples pour permettre de suivre l'intrigue très classique deuil-que-l'on-veut-résoudre-par-le-suicide-solution-facile. L'intérêt de cette sorte d'anti-aventure est donc de nous montrer un homosexuel normal, presque aussi ennuyant que le Serious Man des frères Coen, qui vivait, lui aussi, dans les années 1960.

Les athlètes gais peuvent-ils sortir du placard sans danger? (2013): C’est pourquoi je ne blâme pas les joueurs homosexuels d’être réticents à jouer les héros même si plusieurs croient, surtout dans la communauté gaie, qu’un tel coming-out serait bénéfique pour des milliers d’adolescents tellement troublés de découvrir leur orientation sexuelle que trop d’entre eux contemplent le suicide quand ils ne passent pas directement à l’acte. Il faudra énormément de courage pour qu’un joueur actif de n’importe quel circuit professionnel, sorte du placard et accepte de devenir le symbole et le porte-parole d’une communauté qui fait encore l’objet de discrimination dans plusieurs milieux. Celui qui relèvera cet immense défi méritera pleinement notre admiration. Il faudra lever bien haut notre verre de bière à sa santé.

Suicides de jeunes gays: une lecture trop simpliste? (2012): Les récits d'ados victimes de harcèlement homophobe se suivent et se ressemblent dans les médias américains. Mais le lien trop évident entre «bullying» et suicide passerait sous silence des facteurs clés que sont la dépression et l'anxiété.. De fait, le suivi accordé à quelques cas de suicides qui ont déclenché l’indignation du public, ces dernières années, ont soulevé de nombreuses questions sur l’état psychologique des victimes – ceci indépendamment des mauvais traitements infligés par leurs camarades. En 2010, Phoebe Prince, une jeune fille de 15 ans avait déjà tenté de mettre fin à ses jours, connu des épisodes d’automutilation et reçu un traitement d’antidépresseurs. C’était avant qu’elle subisse le harcèlement de ses camarades et qu’elle se donne la mort. Dans l’affaire Tyler Clementi, la même année, il est apparu que le jeune étudiant avait fait l’expérience d’un coming-out mal accepté par sa famille, juste avant son plongeon fatal dans l’Hudson. Le débat s’est toutefois concentré sur l’humiliation qu’il avait subie. Un camarade de chambre avait violé l’intimité de Tyler en filmant la rencontre de ce dernier avec un autre homme et avait diffusé la scène en direct sur internet.


Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Le Royaume-Uni:  - Un grand joueur international de rugby a frôlé le suicide et... avoue son homosexualité! (2009). Marié à Jemma en 2002, son amour de jeunesse de qui il divorce en 2006, Gareth Thomas avoue que son homosexualité a gâché son mariage et l'a presque mené au suicide."Je savais dès l'âge de 16 ou 17 ans que j'étais gay, seulement, le savoir et l'accepter sont deux choses différentes". - Wales rugby player Gareth Thomas announces he is gay (2009).


L’homophobie

L’homophobie au collégial au Québec Portrait de la situation, impacts et pistes de solution: Rapport de recherche (2012, PDF Download): Si elle est bien présente dans l’environnement collégial, la violence homophobe y est tout de même moins généralisée qu’à l’école secondaire. Ainsi, 4,5 % des cégépiens et cégépiennes sondés rapportent avoir personnellement vécu au moins un épisode à caractère homophobe parce qu’ils ou elles sont lesbiennes, gais ou bisexuels, bisexuelles (LGB), ou encore parce qu’on pense qu’ils ou elles le sont. Ce pourcentage est de 38,6 % à l’école secondaire. Cependant, le pourcentage de victimes grimpe parmi les collégiens et collégiennes qui se sont identifiés comme LGB ou en questionnement (Q) dans le questionnaire d’enquête : près du quart (24,4 %) rapportent avoir subi au moins une fois un tel incident depuis le début de la présente année scolaire. Seule une minorité (5,1 %) des élèves ayant vécu un tel épisode ont déjà rapporté à une personne d’autorité les incidents dont ils ou elles ont été victimes. Les principales raisons évoquées pour ne pas le faire sont : le sentiment que l’événement n’était pas assez majeur pour être dénoncé, la résolution du problème par soi-même et l’impression que rien ne serait fait pour corriger la situation. • Le climat scolaire en lien avec l’homophobie semble plus problématique dans les programmes à forte concentration masculine. Une proportion plus grande d’élèves de ces programmes affirme avoir déjà commis un geste à caractère homophobe. Également, les attitudes relatives à la diversité sexuelle chez ces élèves sont plus négatives que chez les élèves inscrits dans les programmes mixtes ou majoritairement féminins. • Environ 7 élèves sur 10 (68,8 %) déclarent entendre souvent ou à l’occasion des remarques dénigrantes comme « c’est tapette », « c’est fif », ou encore « c’est gai » dans leur établissement collégial. La majorité des élèves (82,9 %) mentionnent avoir vu un signe attestant l’ouverture de leur établissement collégial relativement à la diversité sexuelle. Plus d’un élève sur quatre (28,5 %) rapporte qu’il existe un groupe de soutien à la diversité sexuelle dans son établissement collégial, sans toutefois être nécessairement informé des activités de ce groupe. • Les deux tiers (66,8 %) des répondants, répondantes disent avoir entendu leurs enseignants, enseignantes faire des remarques ou des commentaires sur des sujets relatifs à l’homosexualité, généralement de manière neutre ou positive. • Chez les élèves lesbiennes, gais, bisexuels ou en questionnement (LGBQ), la perception d’un milieu collégial ouvert d’esprit, le désir de rencontrer de nouvelles personnes et la recherche d’anonymat semblent être des facteurs influents dans le choix d’un cégep. • Plusieurs jeunes LGBQ arrivent au cégep marqués psychologiquement par les expériences d’homophobie qu’ils ont vécues ou observées pendant leur parcours au secondaire. Les entrevues permettent d’identifier trois types de facteurs considérés comme aidants par les jeunes LGBQ victimes d’homophobie en milieu scolaire : ... - L'impact de l'homophobie et de la violence homophobe sur la persévérance et la réussite scolaires (2010, PDF Download).

Journée internationale contre l’homophobie 2011: C’est un fait! Les insultes homophobes entre enfants commencent dès l’école primaire. « Tapette! », « Ça fait tellement gai! », « homo! », « lesbie! ». L’homophobie peut prendre la forme de rejet social ou d’intimidation à l’école primaire et se poursuivre sur toute la période d’études. Souvent, les adultes dans les postes d’autorité ne savent pas trop quoi faire dans ces situations. Leur réaction inclut la banalisation (« Les enfants ne comprennent même pas ce qu’ils disent »), la généralisation (« Ce type d’intimidation a toujours existé, il fait partie de l’apprentissage de la vie ») ou la négation (« Ce n’est pas si grave, personne n’a été blessé »). Faux! Les recherches démontrent que l’homophobie est omniprésente dans les écoles du Québec (Chamberland, 2010) et que le harcèlement persistant peut avoir des effets encore plus négatifs que des incidents isolés ou de violence physique. L’homophobie peut entraîner la perte de l’estime de soi, le décrochage, la toxicomanie et l’alcoolisme, voire le suicide. Qu’ils soient victimes ou témoins, les jeunes qui entendent ces insultes et voient les personnes dans des postes d’autorité ne rien dire sur le sujet, assimilent le message que l’homophobie est correcte. Les enfants apprennent que l’intolérance est acceptable au sein de notre société. Le moment est venu de passer à l’action! En l’honneur de la Journée internationale contre l’homophobie (le 17 mai 2011), l’Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ), en collaboration avec la Coalition des familles homoparentales, lance une ressource bilingue à utiliser par les éducatrices et éducateurs des niveaux primaire et secondaire qui veulent être mieux équipés pour intervenir lorsqu’ils font face à des incidents homophobes ou sexistes et à l’intimidation parmi les élèves. « Promouvoir la diversité et l'inclusion : stratégies pour en finir avec l’homophobie » est une séance de formation et une trousse de ressources gratuites. - La formation de la diversité familiale aux strategies pour en finir avec l’homophobie (2013, PDF Download).

Teychenné, Michel (2013). Discriminations LGBT - phobes à l’école: état des lieux et recommandations. Rapport de Michel Teychenné à Monsieur le Ministre de l’éducation nationale (2013). PDF Download. J’ai essayé à travers ce rapport, à partir de mon expérience et ma culture universitaire, de ma connaissance des réalités de terrain comme enseignant, élu local et observateur averti du mouvement LGBT depuis une trentaine d’années, mais aussi de mon action comme ancien député européen membre de l’intergroupe parlementaire « Droits des LGBT en Europe », de cerner au plus près la réalité, tant qualitative que quantitative, de l’homophobie à l’École, de ses conséquences, et des risques que ce phénomène de discrimination méconnu fait courir à une partie significative de la population des jeunes garçons et filles scolarisés en France. J’ai souhaité que ce rapport soit un travail de pédagogie, d’information et de sensibilisation à la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre, qui ne peuvent plus aujourd’hui en France rester méconnues, voire cachées : des discriminations discriminées... Les trois groupes de travail organisés au ministère de l’éducation nationale et les auditions et rencontres que j’ai pu mener depuis le début de ma mission ont été d’un apport très utile à la réflexion et à la définition des actions et mesures qui devront être engagées par le ministère de l’éducation nationale dans les prochaines années. Je remercie de leur soutien et leur aide les personnels de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). L’ouvrage Les minorités sexuelles face au risque suicidaire. Acquis des sciences sociales et perspectives fait référence en matière de suicide...

Homophobie et harcèlement à l'école : Michel Teychenné vient de rendre son rapport à Vincent Peillon (2013): Après s’être investi dans l’équipe de campagne présidentielle de François Hollande sur le dossier Lesbienne, Gay, Bi et Trans (LGBT), l’ancien député européen Michel Teychenné, aujourd’hui président du groupe de gauche à la mairie de Pamiers, a été chargé cet automne par le ministre de l’Education Nationale Vincent Peillon d’un rapport sur l’homophobie à l’école. - Québec lance une campagne de lutte contre l'homophobie (2013):  Pour Laurent McCutcheon, président de Gai Écoute et militant de longue date pour les droits des minorités sexuelles, l'objectif de la campagne est de faire passer le Québec de la tolérance à l'acceptation. «La tolérance, c'est de l'indifférence et je crois que c'est le sentiment de la majorité des Québécois à l'égard de la communauté LGBT. Alors que, dans l'acceptation, il y a une notion de complicité, a-t-il expliqué. Les gens ne veulent pas que leur famille et leurs amis les tolèrent. Ils veulent être aimés, acceptés, inclus.»  La première phase de la campagne, qui s'inscrit dans le cadre du plan d'action de lutte contre l'homophobie adopté en 2011 par le gouvernement libéral de l'ancien premier ministre Jean Charest, se déroulera jusqu'au 31 mars. Un second volet qui mettra l'accent sur d'autres sujets liés à la diversité sexuelle, dont l'homoparentalité, devrait être lancé l'an prochain.

Lutte à l’homophobie : un prix pour le collège Letendre (2013):  Le quatrième Prix GRIS-Fondation Simple Plan a été attribué jeudi au collège Letendre de Laval, où un projet de lutte à l’homophobie a été mis sur pied par les élèves et le corps professoral. La maison d’enseignement privé a reçu une bourse de 2000 $ des mains du guitariste de Simple Plan, Jeff Stinco. La récompense vise à braquer les projecteurs sur «l’initiative originale prise par des élèves ou des membres du personnel enseignant pour démystifier l’homosexualité et la bisexualité ou pour combattre l’homophobie en milieu scolaire», a-t-on précisé jeudi, en référence au colloque «Comprendre et respecter la différence afin de contrer l’intimidation, l’homophobie et la violence»... Les porte-parole du GRIS Montréal, les comédiens Vincent Bolduc et Macha Limonchik, flanqués du président de l’organisme, David E. Platts, ont lancé jeudi la campagne de financement annuelle du GRIS Montréal, le Groupe de recherche et d’intervention sociale. L’objectif de la campagne de financement «L’homophobie, ça suffit! Je donne au GRIS» a été fixé à 175 000 $. GRIS Montréal rappelle que l’homophobie est encore présente au Québec et ailleurs dans le monde, citant ici la loi controversée du gouvernement Poutine en Russie et le débat houleux sur le mariage gai en France. «J’ai été abasourdi par les réactions qu’a suscitées la campagne gouvernementale contre l’homophobie, a dit David E. Platts à propos des publicités lancées au Québec en mars dernier. C’est une preuve tristement évidente que ce phénomène existe encore même chez nous.»

État des lieux de l’homophobie dans le sport aquitain (2001): Au total, 922 acteurs sportifs évoluant en Aquitaine ont été interrogés tout au long de  l’année 2010/2011, ce qui correspond à la plus grande population jamais réunie dans une  étude sur la thématique du sport et de l’homophonie au plan international.  Dans un premier temps, cette enquête-état des lieux, a cherché à évaluer les attitudes des  sportifs, positives ou négatives, envers les homosexuels. Le nombre conséquent de sujets, a  permis ensuite de spécifier l’homophobie en fonction de différentes variables  sociodémographiques et sportives (type de sport, niveau…).  Rapporté au contexte actuel et aux enjeux de la DRJSCS, une analyse des résultats obtenus  est également présentée dans ce court document, de même que les actions qui pourraient  être menées afin de lutter contre l’homophobie dans le sport.

Vivre son homosexualité au cégep et combattre les préjugés (2008): Pierre-Luc Tremblay, 19 ans, a su très tôt qu'il était homosexuel et a fait son coming out en cinquième secondaire après avoir vécu beaucoup d'anxiété. «Ça a été quand même bien pour moi parce que ma famille a bien réagi et je me suis senti appuyé.» Pour Pierre-Luc Tremblay, l'un des membres du comité de lutte contre l'homophobie et l'hétérosexisme au cégep : «L'agressivité envers les homosexuels a diminué. On peut dire qu'il y a une tolérance, mais pas encore une acceptation. C'est souvent indirectement, un regard, un mot, une insinuation qui blessent. Souvent certaines personnes vont dire comme expression c'est fif, sans penser, et lorsqu'on leur dit, ils réalisent l'impact de leurs paroles», explique Pierre-Luc. «C'est important que les jeunes aient un lieu pour en parler et, au cégep, grâce au comité et par l'entremise du service d'aide, les jeunes peuvent se confier et aller chercher l'aide», explique Marie-Josée Lemieux, travailleuse sociale au cégep de Saint-Jérôme. Elle poursuit : «Il y a beaucoup de jeunes qui ont de la difficulté à vivre cette réalité. Si chaque milieu exerce des petits changements, ça peut faire bouger les choses.» - Ces jeunes homos rejetés par leurs parents (2010): Dans son livre Casse-toi (1), le photographe Jean-Marie Périer brise un tabou en dressant le portrait de jeunes homosexuels mis à la porte par leurs parents."Tu m'écoeures." C'est tout ce que la mère de Benoît a su dire lorsque son enfant lui a annoncé qu'il aimait les garçons. Dix jours plus tard, le fils indigne se retrouvait à la porte, avec ses 20 ans en bandoulière et ses affaires sur le palier. "Elle pensait que des amis m'hébergeraient, mais non, soupire le gamin. En réalité, je n'avais nulle part où dormir." Après plusieurs mois de vagabondage et de mendicité, en octobre dernier, Benoît a échoué au Refuge. 

Rapport de Recherche: L'Homophobie - Pas dans ma cours! (2007, par Gilbert Émond): Selon Bontempo et D’Augelli (2002), les jeunes LGB qui sont hautement victimisés à l’école sont plus à risque de tenter de mettre fin à leurs jours que les jeunes hétéros subissant le même degré de discrimination. Les différents facteurs de vulnérabilité seraient le rejet familial, la faible estime de soi, l’état dépressif (Proctor et Groze, 1994), de même que le sentiment d’isolement social plus élevé, la détresse psychologique plus élevée, la difficulté marquée à accepter son orientation sexuelle – pour ne nommer que les plus fondamentaux (Otis, Ryan et Bougon, 2005). La détresse psychologique (symptômes dépressifs, anxiété, problèmes de comportement) se poursuit souvent après la tentative de suicide, surtout quand le jeune reçoit peu de soutien psychologique (Rosario, Schrimshaw et Hunter, 2005). Les possibilités de répéter le geste, chez certains, demeurent encore présentes.

Votre jeune gai ou lesbienne pourrait souffrir de dépression ou même penser au suicide – Première partie (2012): Bien que le battage publicitaire entourant la campagne « It gets better » se soit atténué, la gravité du problème demeure. Nous avons tous entendu des histoires d’intimidation grave et continuelle ayant mené la jeune victime au suicide. Les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres, ou GLBT, sont souvent victimes d’intimidation. Ce type de harcèlement cause du stress qui s’ajoute à l’anxiété aiguë et à la confusion émotionnelle qu’ils peuvent éprouver à propos de leur orientation sexuelle. Ils peuvent penser qu’ils ne seront jamais acceptés comme ils sont et qu’ils ne trouveront jamais leur place en société, malgré les messages peu fréquents que cette dernière leur envoie indiquant qu’ils sont acceptés et appréciés. Il est donc facile de comprendre les raisons pour lesquelles la dépression et le suicide représentent un problème sérieux pour eux.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...La Fidl appelle Chatel à lutter contre l'homophobie au lycée (2010): La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) a adressé, dimanche 16 mai, au ministre de l'Education nationale Luc Chatel un appel à lutter contre l'homophobie au lycée et contre les préjugés qu'elle entraîne. "La lutte contre l'homophobie est l'un des enjeux majeurs pour la jeunesse, pour le vivre ensemble", écrit la Fidl dans ce texte. "Nous ne pouvons plus accepter que des jeunes soient mis en situation d'exclusion à cause de leur orientation sexuelle. Personne n'est sans savoir que l'orientation sexuelle est la première cause de suicide chez les jeunes aujourd'hui, il y a donc urgence à s'attaquer aux préjugés et aux fantasmes liés à l'homosexualité, à briser le tabou afin de faire évoluer les mentalités et faire comprendre que l'homophobie est une haine comme les autres", dit-elle encore. - Campagne de lutte contre l'homophobie à l'université (2009): La ministre a reçu les associations en charge de la lutte contre l'homophobie à l'université afin de leur présenter la seconde phase de la campagne contre l'homophobie. Cette campagne, qui s'adresse à toute la communauté universitaire, en l'invitant à prendre conscience de la difficulté d'être un étudiant homosexuel, prend de l'ampleur avec notamment, la diffusion de nouvelles affiches et le lancement d'une campagne web.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie à l’école : un rapport inquiétant publié (2013): Un rapport rendu au Ministère de l’Education Nationale le 11 juillet 2013 fait état d’un large retard de la France sur la question de la lutte contre l’homophobie à l’école et encourage les pouvoirs publics à prendre des mesures de sensibilisation et de lutte contre ces discriminations. - Expliquer l’homophobie au collège (2013): homophobie-imsDes interventions en milieu scolaire sont organisées depuis quelques semaines dans les collèges concernant l’homophobie... On commence par des questions. C’est quoi l’homophobie, d’où vient le mot, depuis quand ce n’est plus considéré comme une maladie par l’organisation mondiale de la santé ? Thomas donne un indice : « C’est la même année que le traité de Maastricht ». Les regards sont perplexes et les sourires se crispent le temps de repenser aux cours d’histoire : 1992. Les intervenants essaient ensuite de faire réfléchir les jeunes à toutes les formes d’homophobie. Vient la question du viol. « Oui mais si t’aimes pas les homo, tu vas pas les violer ?! » questionne un garçon. Là on répond à la volée : »Bin, une fille, tu l’aimes, tu la violes? » Ah non… Les jeunes réfléchissent ensuite sur le sens des mots qu’ils utilisent. Une blague est-elle vraiment une blague : « Est-tu certains à chaque fois que tu fais une blague que tu ne blesses personne ? » Peu perturbés, les ados répondent : « Oui, mais il faut avoir un peu de second degré aussi ».

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Luperto s'engage dans la lutte contre l'homophobie (2010): Le Président du Parlement de la Communauté Française, Jean-Charles Luperto, questionne Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Egalité des chances au sujet de la lutte contre l’homophobie et la prévention du suicide chez les jeunes. - Homophobie : une violence commune (2007, La bibliothèque municipale de Lyon). - Homophobie et football La leçon de Chooz (2009): Chooz, 784 habitants, sa centrale nucléaire, son footballeur homosexuel… Le coming out de Yoann Lemaire - cas unique dans un club de la Fédération française - a bouleversé la vie du village des Ardennes. Malgré des résistances, les habitants sont aujourd'hui convertis à la lutte contre les discriminations. - Jeune et victime d'homophobie : la double punition (2011). - Remise du rapport de Michel Teychenné sur les discriminations homophobes à l'école au Ministre Vincent Peillon (2013).

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie et Suicide (2013): « J’ai toujours été frappé par la permanence chez les garçons du questionnement autour de l’orientation sexuelle. » - Homophobie et suicide en milieu scolaire... Des ados gais poussés au suicide (2010): Victimes de harcèlement de la part de leurs camarades, plusieurs jeunes homosexuels se sont donné la mort depuis le début de l’année scolaire. Une tragédie qui émeut tout le pays [USA]. - Ce que l’homophobie nous fait. Suicide : Un témoignage (2012): Le mardi 20 novembre 2012, en fin de soirée, pendant une vingtaine de minutes, ma seule pensée consciente a été de lutter contre l'idée de prendre des médicaments et d'en finir avec ma vie. Cela s'est passé peu après avoir entendu que François Hollande avait cédé aux pressions des homophobes et leur accordait sous le beau nom de « liberté de conscience » des maires le droit de discriminer les couples homosexuels. Je souhaite témoigner et décrire en détails ce que j'ai ressenti pour donner un exemple de ce que l'homophobie nous fait.

Adolescents homosexuels : quand l'homophobie pousse au suicide (2011): Difficile d’annoncer son homosexualité à ses proches, et plus encore quand on est adolescent ! Malgré une certaine libération des moeurs, ce moment reste une étape délicate, voire déstabilisante, pour peu qu’elle soit accueillie par des réactions homophobes. Les adolescents homosexuel-le-s ont ainsi plus de risques suicidaires que les adolescents hétérosexuels, indique Eric Verdier, psychologue et auteur de plusieurs ouvrages sur l'homophobie. - Etats-Unis – Un adolescent de 17 ans se suicide, victime d’homophobie dans son lycée (2012). - Suicide et homophobie (2010, Centre de prévention du suicide et d’intervention de crise du Bas-Saint-Laurent): Mort ou fif. Le cercle vicieux. L'homophobie au Quebec. Devenir sentinelles.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Le projet des Assises contre l'homophobie: Fédération Genevoise des Associations LGBT (2009): En Suisse, malgré l’évolution des mentalités et du cadre législatif, de nombreux jeunes éprouvent encore aujourd’hui un réel mal-être quand ils découvrent et ont à assumer leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Dans le cadre scolaire, professionnel et familial, lors d’activités sportives et de loisirs, sur l’Internet, ils ont encore à faire face à l’homophobie. Violences verbales et physiques, mises à l’écart, mépris silencieux : cette discrimination ordinaire a des conséquences néfastes sur leur vie socio-professionnelle et leur santé. Comportements à risque, abus de substances (tabac, alcool, drogue, etc.) relations sexuelles non protégées, états anxieux voire dépressifs, suicide, le mal être des jeunes homosexuel∙le∙s est palpable et il se confirme dans les chiffres. - Premières Assises contre l’homophobie à Genève (2009): Malgré l’évolution des mentalités et du cadre législatif, de nombreux jeunes lesbiennes, gays, bi et transsexuel·le·s (LGBT) éprouvent encore aujourd’hui un réel mal-être quand ils découvrent et ont à assumer leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Dans le cadre scolaire, professionnel et familial, lors d’activités sportives et de loisirs, sur l’Internet, ces jeunes ont encore à faire face à l’homophobie. Violences verbales et physiques, mises à l’écart, mépris silencieux : cette discrimination ordinaire a des conséquences néfastes sur leur vie sociale et leur santé. Comportements à risque, abus de substances, relations sexuelles non protégées, états anxieux voire dépressifs, suicide, le mal être des jeunes homosexuel·le·s est palpable et il se confirme dans les chiffres. Les résultats des enquêtes Santé gaie réalisées à Genève en 2004 et 2007 montrent en effet que les jeunes homosexuels souffrent deux fois plus de dépression que la normale et ont 3 à 5 fois plus de risque de tenter de se suicider. Ils confirment ceux d’autres enquêtes suisses ou étrangères. L’homophobie et ses conséquences constituent donc un réel problème de santé publique dont il est urgent de prendre la mesure... 

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Politique québécoise de lutte contre l’homophobie (Gouvernement du Québec, 2009): Depuis l’inclusion, en 1977, de l’orientation sexuelle au nombre des motifs de  discrimination interdits par la Charte des droits et libertés de la personne1, le  chemin parcouru en matière de lutte contre la discrimination fondée sur l’orien­ tation sexuelle a mené à la reconnaissance de l’égalité juridique des personnes  de minorités sexuelles. La création, en 2002, d’un nouveau «cadre conjugal» au  Québec — l’union civile —, puis l’adoption au Canada, en 2005, de la loi auto­ risant le mariage entre personnes de même sexe ont consacré l’égalité juridique  entre les conjoints de même sexe et les conjoints hétérosexuels. Cependant, malgré cette évolution sur le plan juridique, l’égalité sociale des per­ sonnes de minorités sexuelles n’est pas atteinte. Encore trop de préjugés à l’égard  de l’homosexualité et de la transsexualité demeurent gravés dans les mentalités.  Par exemple, de nombreux gais et lesbiennes se heurtent encore, à l’école comme  dans les vestiaires sportifs, aux moqueries, aux quolibets, au harcèlement et,  parfois même, à la violence physique en raison de leur orientation sexuelle... L’HOMOPHOBIE — l’attitude de rejet et de discrimination envers les gais, les  lesbiennes, les personnes bisexuelles, transsexuelles et transgenres — force  des milliers de personnes à taire leur orientation sexuelle par crainte de  réprobation. Ce phénomène entraîne leur invisibilité en tant que per­ sonnes de minorités sexuelles, faisant ainsi obstacle à leur pleine partici­ pation à la vie sociale, politique et économique, dans la société québécoise.  De plus, l’homophobie est une cause importante de détresse psychologique  pour les personnes qui en sont la cible; les attitudes et les comportements  homophobes peuvent même mener au suicide.

Les effets secondaires de rire de l’homosexualité (2004): Le 6 février dernier le service d’aide, d’écoute téléphonique et de renseignements Gai Écoute a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation présentée dans le cadre de la Semaine nationale de prévention du suicide 2004.  Cette campagne qui vise à contrer le suicide chez les personnes homosexuelles consiste principalement en une affiche intitulée « Effets secondaires – rire de l’homosexualité ». Le concept présente un paquet de cigarettes, de marque MORT DE RIRE, avec les avertissements d’usage : Rire des personnes homosexuelles peut causer des dommages irréparables. On peut y lire aussi l’avis suivant : Des études démontrent que les jeunes homosexuels présentent un risque de suicide de 6 à 14 fois plus élevé que les jeunes hétérosexuels. La campagne a pour objectif de sensibiliser les élèves, les intervenants en milieu scolaire, les parents, les décideurs, les médias, le milieu artistique, les acteurs impliqués en prévention du suicide, ainsi que la population en général, aux « effets secondaires » qu’engendrent les moqueries faites au détriment des personnes homosexuelles..

L'homophobie peut tuer (2010): Merci donc de nous avoir fait prendre conscience du travail qu'il reste à réaliser dans la lutte contre l'homophobie, même au sein du corps enseignant, qui constitue une des figures adultes côtoyées quotidiennement par les adolescents et les jeunes adultes. - Campagne annuelle de financement du GRIS-Montréal « Que donneriez-vous pour que l’homophobie disparaisse? » (2010): C’est avec ce thème que le GRIS-Montréal (Groupe de Recherche et d’Intervention Sociale) a lancé aujourd’hui sa septième campagne annuelle de financement en présence de ses deux porte-parole, Macha Limonchik et Vincent Bolduc. En posant cette question, l’organisme entend sensibiliser la population au phénomène de l’homophobie à l’école et solliciter son soutien financier.

L'Homophobie Tue (2008): Alors qu’il se promenait dans le jardin public de Cambrai, dans la nuit du samedi au dimanche 20 janvier 2008, un homme a été assassiné, après avoir été invectivé de propos homophobes et roué de coups par deux agresseurs. Ceux-ci ont été arrétés et mis en examen pour « homicide volontaire en raison de l’orientation sexuelle de la victime ». Cette personne a été tuée alors qu’elle se promenait sur un lieu de drague homosexuelle bien connu. Cette personne, présumée homosexuelle par ses agresseurs parce qu’elle se trouvait dans le jardin à ce moment-là, a donc été victime d’homophobie. - La journée du souvenir trans’, ou Transgender Day of Remembrance (2013): Même si nous clamons haut et fort que nous ne sommes pas victimes mais maître-sse-s de notre propre identité, nous voulons rappeler toutes les agressions, assassinats et aussi suicides de personnes trans’ causées par la transphobie. Le décès de ces personnes n’est pas une conséquence de la transidentité, mais de la transphobie et du binarisme de genre. - Lesbian and Gay Pride de Lille 2010: De très nombreux meurtres homophobes et transphobes sont rapportés un peu partout dans le monde. L’homophobie et la transphobie se manifestent aussi sous forme intériorisée : haine de soi, conduites à risques, mal-être notamment lorsqu’on se découvre homo ou trans et peuvent conduire au suicide. Elles peuvent se manifester partout : en famille, sur le lieu de travail, à l’école, dans la rue, par le voisinage, etc. L’hompohobie empêche de nombreuses personnes de vivre leurs désirs homosexuels au grand jour, les obligeant parfois à se mettre à l’abri du regard et du jugement des autres, toutefois au risque de harcèlements, d’agressions, au péril de leur vie. C’est le cas dans les lieux de drague homosexuelle tels que les jardins publics la nuit ou les aires d’autoroute.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie : traditionnelle à droite, plurielle à gauche (1999). - Les liens entre le VIH/sida et l'homophobie (2002): Ce feuillet d’information décrit comment le VIH/sida et l’homophobie sont inextricablement liés, dans l’esprit populaire, puis observe les conséquences de ces liens pour les personnes qui vivent avec le VIH/sida et pour les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes. - Dossiers en éducation: Arrêtons l'homophobie (1997, 2006): Pourquoi est-il important d'arrêter l'homophobie ? Tous les élèves devraient se sentir en sécurité dans les couloirs et les classes de leurs écoles. Les élèves homosexuels ont besoin d'être rassurés que nos écoles leur offrent un milieu d'apprentissage ouvert, sain et sans danger. Les enseignants veulent assurer que les élèves reçoivent tous un traitement égal, sans considération pour leur orientation sexuelle. Tous les élèves doivent se sentir acceptés et appréciés. Les élèves qui viennent de foyers ayant des parents du même sexe ont ce droit autant que les élèves qui sentent qu'ils sont ou pourraient être homosexuels..

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Conférence internationale de Mexico: L’homophobie tue (2008): Pour marquer cette situation et ces discriminations très fortes envers les LGBT, une marche contre l’homophobie s’est déroulée, le 2 août, entre la place Angel de Inpendancia, pour rejoindre la place de la Constitution. Les manifestantEs ont défilé sous les slogans comme « La homofobia mata », « La transfobia mata » etc. Sur la place de la Constitution, une scène géante avait été dressée après la marche ; le directeur de l’IAS (International Aids Society), ainsi que les représentantEs des ONGs mexicaines se sont expriméEs. Deux militantes d’Act Up-Paris ont pris la parole, pour rappeler l’importance de se battre contre l’homophobie, pour souligner les conséquences des discriminations en termes de prises de risque dans sa sexualité. Mais les militantes ont également rappelé, devant près de 5 000 personnes, que la France était absente de cette conférence mondiale sur le VIH/sida... - «L’homophobie tue», slogan choc de la campagne contre les violences anti-LGBT (2009).

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Martens, Vladimir (Observatoire du Sida et des Sexualités (FUSL), 2012, Presentation). Homosexualité: Vers une (dé)médicalisation ? PPT Download. Santé mentale:: Risque de suicide... Risque de suicide: premières études... Hypothèses explicatives... Santé mentale... Santé mentale et homophobie... Santé mentale et suicide...

SOS HOMOPHOBIE, association loi 1901 de lutte contre l'homophobie: Association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie... SOS homophobie est habilitée à effectuer des interventions de prévention contre l'homophobie en milieu scolaire (agrément national) ou professionnel. - Combattez le virus Web de l'homophobie! (2013). - Homophobie.free.fr  - Homophobie: "Homophobie und Heterosexismus treten in verschiedenen Erscheinungsformen auf. Manifeste körperliche Gewalt gegen homosexuelle Menschen kommt öfter vor als man denkt. Die Täter sind meist jüngere heterosexuelle Männer. Andere Erscheinungsformen sind soziale Ausgrenzung, Diskriminierung, Nichtwahrnehmung und Ignoranz." French Translation. - Google.com search for "homophobie"

Homophobie et journalisme (2000). - Contexte de l'homophobie et de l'hétérosexisme (1994, Scrolling Necessary): L'homophobie englobe toutes les attitudes personnelles et conduites négatives à l'égard de l'homosexualité. L'homophobie est renforcée par l'hétérosexisme, qui est fondé sur la croyance systémique selon laquelle tout le monde doit être hétérosexuel et l'hétérosexualité est d'une supériorité inhérente à l'homosexualité, croyance appuyée par des institutions telles que les entreprises, les médias, l'appareil judiciaire, le système scolaire et les régimes de services sociaux. - Avoir l'esprit ouvert face a homosexualité (2001). - Neoliberalism and its Homophobic Discontents (2007, French Translation). - L'homophobie, 1ere cause de suicide chez les ados (2008): Suicides d'adolescents : la Défenseure des enfants mentionne les cas liés à l'homosexualité.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Sexualités et violences en prison (1996) Extraits - Ces abus qu’on dit sexuels (Section on homophobia in French Prisons): - L’homophobie, la maison des hommes et la prison. - La Maison des Hommes. -  Homophobie en prison: L’appel au secours d’un détenu du centre pénitentiaire de Caen (2011): Un couple de détenus du centre pénitentiaire de Caen serait victime d'homophobie de la part de deux des surveillants de la prison. Une enquête est en cours, mais elle semble stagner… - Gaillard Arnaud, Sexualité et prison. Désirs affectifs et désirs sous contrainte (2010): Ces réflexions sur l’autre hétérosexuel appellent des développements sur l’homosexualité et l’homophobie auquel l’auteur consacre la troisième partie de l’ouvrage. L’identité masculine est mise à mal dans l’univers largement mono-sexué des prisons. Si Marc Bessin et Marie-Hèlène Lechien, dont les travaux ne sont pas cités (2002, 2004), montrent comment cette atteinte génère une survirilité, Arnaud Gaillard observe qu’elle est productrice d’homophobie. En effet, du côté des hommes détenus, l’homophobie apparaîtrait essentiellement comme une défense des valeurs permettant de préserver et d’affirmer sa virilité. La stigmatisation et l’ostracisme dont souffrent les détenus homosexuels, ou ceux soupçonnés de l’être, permettent en réalité aux autres détenus de revendiquer leur hétérosexualité. Autrement dit, en portant atteinte à la virilité, la prison inviterait les hommes détenus à devenir les défenseurs des valeurs masculines faisant de ce lieu un « conservatoire de la masculinité » (152). Les relations qui se nouent en détention sont inexorablement empreintes de ces enjeux de protection d’une identité genrée. Les détenus homosexuels seraient contraints « au silence et à la négation de soi par la négation de leurs propres désirs » (146). De plus, pour l’auteur, la sexualité fonde une hiérarchisation des détenus qui génère des abus de pouvoir pouvant aller jusqu’au « commerce des corps » (174) comme la prostitution. À l’inverse de l’homosexualité masculine, l’homosexualité féminine ne serait pas vécue comme une mise en cause des attributs de genre. Ici, les pratiques homosexuelles sont davantage interprétées comme une recherche de tendresse ou la réponse à un besoin d’investissement affectif ne menaçant pas leur identité féminine. 

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie : lettre ouverte au Recteur de Lyon (2008): Nous savons combien la question peut vous paraître dérangeante mais, malheureusement beaucoup de jeunes adolescents se suicident à la découverte de leur orientation sexuelle faute de compréhension et de lieux de paroles. Ainsi selon une étude de l’INVS parue en juin 2007 portant sur 6184 hommes homosexuels, il y a cinq fois plus de tentatives de suicide chez les jeunes homosexuels que chez les jeunes hétérosexuels : 32 % des homosexuels de moins de 20 ans ont tenté de se suicider ! De plus, d’après un rapport de Dominique Versini, défenseure des enfants, 10 % des tentatives de suicide des filles âgées de 15 à 24 ans seraient liées à la difficulté de vivre son homosexualité. Ainsi de nombreuses études mettent en évidence le rapport entre le mal-être généré par le rejet dont les jeunes en recherche de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre font l’objet et la sur-suicidalité des jeunes homosexuel-le-s. De même en matière de prévention les associations de lutte contre les IST (dont le VIH) ont souligné depuis longtemps le lien entre mal-être, mauvaise estime de soi et prises de risque.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie : ces familles si cruelles (2009): Le rapport annuel de SOS homophobie insiste sur l’intolérance des proches et livre des témoignages (2009): Méfiez-vous des vôtres. Ce sont eux qui font le plus mal. Les frères, les sœurs, le père, la mère ou les cousins. Ils sont les plus cruels. C’est une des conclusions du rapport annuel présenté hier par l’association SOS homophobie. «L’homophobie, dans l’entourage proche, est sans doute ce qui déstabilise et blesse le plus les victimes qui nous contactent», note le rapport. Les témoignages parvenus à l’association sont en augmentation de 36 % par rapport à 2007 (1). «On a l’impression qu’on est dans une France d’il y a trente ans, n’hésite pas un des auteurs. On reste sans voix par rapport aux gens qui nous appellent. Cela va du simple rejet, au jeune qui va être tabassé par ses parents, ou exclu de chez sa mère qui lui a dit : "J’aurais préféré que tu ne naisses jamais."» Celui-ci, c’était Sylvain. Il avait 27 ans. Il ne l’a pas supporté. C’est à lui qu’est dédiée cette étude 2009. D’autres souffrent toujours. - Discrimination envers les homosexuel-le-s: Homophobie: Attitude, sentiment, malaise ou aversion envers les personnes homosexuelles ou envers l’homosexualité en général. Cette attitude se traduit souvent par des réactions de rejet, d’exclusion et d’hostilité (parfois agressives). Les victimes en sont les homosexuel-le-s, mais plus largement, les personnes dont l’apparence ou le comportement déroge aux représentations traditionnelles de la féminité et de la masculinité. . 

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Entretien avec Daniel Borillo : "contre l'homophobie le combat est mondial" (2008): Depuis 2005, la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie a lieu tous les ans, le 17 mai. L'un des objectifs de cette journée est la dépénalisation de l'homosexualité dans le monde. Quelles sont actuellement les régions les plus touchées par l'interdiction légale des pratiques homosexuelles ? Il y a, dans le monde, plus de pays qui sanctionnent l'homosexualité que de pays qui célèbrent la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie ! L'homosexualité est aujourd'hui pénalisée, souvent de façon très brutale, dans plus de 80 pays.  Dans la plupart d'entre eux, l'islam est la religion officielle, qu'il s'agisse d'Etats laïquescommela Tunisie, oude régimes islamistes, comme le Soudan. L'homosexualité est ainsi un crime passible de la peine de mort en Arabie saoudite, en Mauritanie et au Nigeria. Les homosexuels risquent la prison à vie enOuganda,en Inde et à Singapour.  Le Coran n'est pas plus homophobe que la Bible, mais dans les pays de tradition chrétienne, l'action des mouvements laïques a permis d'affaiblir le pouvoir religieux.  Ce qui est malheureux, c'est que, dans ces pays, les initiatives de la société civile sont immédiatement censurées...  - Réfugiés de l’homophobie (2008): Chassés par leur famille, de jeunes gays se retrouvent à la rue. A Montpellier, une structure, unique en France, leur offre un toit et une écoute... La chambre, rose et mauve, est bien rangée. Les lits jumeaux sont faits. Le dessus-de-lit blanc ressemble à un voile de pudeur. Mathieu (19 ans) et Sophian (21 ans), ne se connaissaient pas il y a une semaine. Ils partagent une chambre d’hôtel, à Montpellier, grâce à l’association le Refuge, une structure unique en France. Tous deux se sont retrouvés brutalement à la porte de chez eux quand leur famille a appris qu’ils étaient homosexuels. - Reportage : Les réfugiés de l'homophobie (2009, Video).

Une dernière chance : les réfugiés de l’homophobie (2012): Jamaïque, Liban, Egypte, Colombie… On n’a pas assez de ses deux mains pour compter les pays où être homosexuel équivaut pratiquement à une condamnation à mort. Cette réalité, inconnue de la plupart des gais et lesbiennes au Québec, nous est exposée sans détour dans Une dernière chance, un documentaire-choc de l’Acadien Paul Émile d’Entremont. Le cinéaste a trimballé sa caméra sur plusieurs continents pour suivre pas à pas les démarches de cinq demandeurs d’asile, déterminés à refaire leur vie au Canada.  Il y a d’abord la Jamaïcaine Trudi, battue et violée à plusieurs reprise dans son pays. Là-bas, on pratique le viol de correction, c’est-à-dire le viol pour corriger les lesbienne de leur déviance et les ramener dans le droit chemin.  Il y aussi Jennifer, autrefois connue sous le nom de Charlie. Transexuelle, Jennifer est la honte de sa famille. Le témoignage poignant de sa mère ne permet qu’une seule conclusion : le fossé qui s’est creusé entre Jennifer et les siens est large et profond comme l’Atlantique. Pour cette famille, l’exil de Charlie est une bénédiction.  Viennent ensuite Carlos, Alvaro et Zaki, respectivement de la Colombie, du Nicaragua et de l’Égypte. Zaki, en attente de sa citoyenneté, a été emprisonné et torturé pour délit d’homosexualité en Égypte. Il refait difficilement sa vie à Montréal. Sa famille lui manque, il souffre de solitude, mais il sait qu’il doit faire une croix sur l’Égype.  D’Entremont s’attarde à la nouvelle vie que ces réfugiés, tous en attente que leur statut soit régularisé, construisent au Canada.

 Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...La solitude des homosexuels face aux discriminations:  C'est une minorité " non visible " aux rangs fournis : 1,2 à 2 millions de salariés ou demandeurs d'emploi seraient homosexuels en France. Et, au regard de l'étude " Homophobie dans l'entreprise " réalisée par la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde), c'est également une minorité qui souffre de discriminations multiples. Selon cette enquête parue en mars, 40 % des gays et lesbiennes ont été au moins une fois victimes d'homophobie (blagues, insultes, violence...), 56 % en ont été témoins. 85 % d'entre eux affirment avoir déjà ressenti une homophobie " implicite " sur leur lieu de travail (indifférence, rejet, rumeur...). " L'entreprise est le lieu où se déroulent la majorité des problèmes signalés à notre permanence téléphonique, avant le cadre familial ou le voisinage ", confirme Jacques Lizé, président de SOS-Homophobie. Malgré un " cadre juridique protecteur " souligné par l'étude - " le code du travail fait de l'orientation sexuelle l'un des douze motifs de discrimination prohibés par la loi depuis 2001 " -, les homosexuels semblent relativement démunis et sans véritables soutiens face à ces attaques. Quid de la " diversité ", pourtant largement mise en avant par les services de ressources humaines ? ...

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...L’homophobie se dévoile dans l’entreprise: 11,6 % des salariés homosexuels auraient été, au cours de leur carrière, écartés d’une promotion interne du fait de leur orientation sexuelle. Près de neuf salariés sur dix auraient été victimes d’une forme d’homophobie plus larvée, faite de rumeurs ou de blagues. Une étude réalisée par le cabinet RCF Management pour le compte de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) auprès de 1 400 salarié(e)s homosexuel(e)s fait la lumière sur l’homophobie dans l’entreprise (voir " Pour en savoir plus "). Une pratique connue, mais dont on n’avait jamais mesuré l’ampleur de façon aussi précise. L’homophobie a parfois des conséquences directes sur la carrière. Ainsi, 4,5 % des salariés interrogés estiment avoir été licenciés du fait de leur homosexualité, 5,2 % n’auraient pas vu leur contrat renouvelé et 7,5 % auraient été écartés d’une embauche pour la même raison. De leur côté, 7 % des lesbiennes estiment que " leur carrière s’en ressent ", selon une enquête spécifique à la lesbophobie, réalisée par questionnaire fin 2003 et dont les résultats viennent d’être dévoilés... - Le Rappot: PDF. Download Page.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...SOS-Homophobie: Enquête, l'homophobie, milieu scolaire, la France (2007, PDF). - L'homophobie en milieu scolaire en France (1ère partie) (2010).  - Enquête, lesbophobie, la France (2008, PDF). L'homophobie, les familles, les sports (2005, PDF). - Premières avancées contre les LGBTphobies à l'école: Attendue depuis plusieurs semaines, le Ministère de l'Éducation nationale a publié le 4 avril dernier sa circulaire de rentrée 2008. Un paragraphe est consacré à la lutte «contre toutes les violences et toutes les discriminations, notamment l'homophobie»... - Enquête sur les représentations de l'homosexualité dans le milieu étudiant (2011): PDF: D'après notre enquête, trois étudiant-e-s sur quatre défendent pourtant les grands principes d'égalité des droits : 73% des sondé-e-s estiment « absolument nécessaire » ou « souhaitable » que la société reconnaisse l'égalité des droits (ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels). C'est l'homophobie ordinaire et quotidienne (insultes, « plaisanteries » et moqueries) qui est minimisée et banalisée : une majorité des répondant-e-s estiment que les insultes « pédé », « enculé », « gouine » ou « tapette » ne sont pas forcément ou pas du tout homophobes. De même, 47% des répondant-e-s hétérosexuel-le-s ne constatent « jamais » d'insultes homophobes sur leur lieu d'études, contre seulement 30% des homo et bisexuel-le-s : cet écart montre combien les difficultés rencontrées par les homo et bisexuel-le-s restent méconnues. Dans ce contexte, les administrations des établissements d'enseignement supérieur ont pleinement leur rôle à jouer pour le bien-être des étudiant-e-s homo ou bisexuel-le-s. Pourtant, de nombreux établissements d'enseignement supérieur semblent refuser de se saisir du sujet – en témoigne les difficultés que nous avons rencontrées pour diffuser ce questionnaire plus largement. Des efforts conjoints doivent être menés par les associations, les administrations et les pouvoirs publics.

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Homophobie en Martinique: La douleur des Makoumès: Entre les déclarations d'élus hostiles aux homos, les sermons à l'avenant et les chanteurs locaux qui appellent à brûler les «makoumés», le climat en Martinique n'est pas des plus accueillants. Mais les gays et les lesbiennes ne sont pas prêts à se laisser faire...Les agresseurs sévissent également sur les plages de Saint-Anne où ils volent, injurient et lancent parfois des pierres. Des couples venus en vacances s'y sont fait agresser. « Je dis généralement à mes pensionnaires d'éviter ces endroits le week-end et les jours de fête», confie Dominique qui tient depuis neuf ans une maison d'hôte réservée aux homos. Le contexte très moralisateur de la Martinique entraîne «des difficultés à parler de sexualité et une exacerbation du multipartenariat hétéro» détaille Stéphanie Mulot, maître de conférence en sociologie à l'université de Toulouse et spécialiste de la sexualité dans les Antilles françaises. «L'homme se doit d'être viril, du coup l'homo fait peur. D'autant plus que l'image véhiculée correspond à une caricature, celle de la folle». Et elle ajoute: «L'identité antillaise est construite sur le fait que l'individu doit respecter les règles de la communauté.- Une homophobie spécifiquement antillaise. - Charles-Henri Michaux estime «intolérables» et «regrettables» les chansons homophobes interprétées lors du Festival culturel de Fort-de-France (2006). 

Social Construction of Male Homosexuality and Related Suicide Problems...Charte collective contre l'homophobie. - La construction fe l'identité homosexuelle dans les lois aux Etats-Unis et en France. - Homosexuel et Citoyen (1998). - Plaidoyer pour une éducation intégrant l'homo-bi-sexualité. - Des folles de Saint-Germain-des-Prés au fléau social. Le discours homophile contre l'efféminement dans les années 50 : une expression de la haine de soi? (2000). - Rapports publiés en France sur l'homophobie, les discriminations LGBT 2013).

HOMOPHOBIE: The "europrofeminist.org" Website (English & French articles (Some not available). Spanish, German, and Deutch articles also available - Index): From  La peur de l'autre en soi, du sexisme à l'homophobie - IntroductionHomophobie: des mots aux maux...- Pierre Dutey  - L'homophobie : La face cachée du masculin - Daniel Welzer-Lang - L'homophobie masculine: préservatif psychique de la virilité? - Christophe Gentaz - Attitudes et appréciations envers les hommes homosexuels en Allemagne de l'Ouest et en Allemagne de l'Est- Michael Bochow - Quand l'autre en soi grandit: les difficultés à vivre l'homosexualité à l'adolescence- Bill Ryan et Jean-Yves Frappier (L'adolescence: une réalité méconnue) - Images invisibles: les lesbiennes - Françoise Guillemaut - L'extrême droite, ça fait mâle!  - Working With Men and Boys to Challenge Sexism and End Men’s Violence - Michael Kaufman - (Section: "Ending Sexism = Ending Homophobia") - Male-positive. Pro-feminist. Gay-affirmative. These three terms have become the guiding principles for a substantial section of the men’s movement...  - by Michael Flood - (Tres Principios para Hombres).

Larouche V (2010). Quand l’homophobie se superpose à la discrimination ethnoculturelle. Service social, 56(1): 31-42. PDF Download. Je traiterai d’abord dans ce texte des problèmes personnels vécus par les LGBT, ce point incluant des exemples concrets de perspectives culturelles sur l’homosexualité, l’impact de ces perspectives sur leur vie ainsi que l’évolution des mentalités des immigrants de deuxième génération, puis j’aborderai les problèmes collectifs vécus par les personnes de la diversité sexuelle issues des minorités culturelles, tels que la double stigmatisation qu’elles vivent, le manque de visibilité médiatique dont elles sont victimes et les procédures d’immigration. Je terminerai en recensant les ressources qui leur sont accessibles et les initiatives à leur intention et en proposant des pistes de solution aux difficultés rencontrées par ce groupe à risque. Cet essai s’adresse aux travailleurs sociaux et autres professionnels de la santé ainsi qu’à tous ceux et celles désirant être plus au fait des difficultés propres aux personnes de la diversité sexuelle issues de minorités ethnoculturelles.

Books

I Thought People Like That Killed Themselves” Lesbians, Gay Men and Suicide by Eric Rofes (1983).
English Translation of Abstract for the 2000 Québec Study "Mort Ou Fif": Excerpts
(Translation)
The book begins with the story of two Quebec boys who committed suicide.
It is available in English: "Dead Boys Can't Dance:
Sexual Orientation, Masculinity, and Suicide" par Michel Dorais (2004) Google Books.
See also: "Homosexualité & suicide" par E. Verdier et J.M. Firdion (2001) - - Book Review 1 (Translation). 2 (Translation).
Le risque de suicide chez les jeunes à orientation sexuelle non conventionnelle
par Jean-Marie Firdion, Eric Verdier (2003). PDF Download (Translation).
Plus: Death by Denial: Studies of Suicide in Gay and Lesbian Teenagers. Review.
Edited by Gary Remafedi (1994) - Introduction. Review.
  "Sexuelle Orientierung, Suizidalität und psychische Gesundheit" - 2005 - von Martin Plöderl (Google books).
Cultural Diversity and Suicide: Ethnic, Religious, Gender
And Sexual Orientation Perspectives
- 2006 - by Mark M Leach (Contents) (Google Books) (Review).

Être homo aujourd’hui en France: Enquête Le Refuge auprès de 500 jeunes gais et lesbiennes,
Michel Dorais en collaboration avec Isabelle Chollet, H&O Essai, 2012. Summary (Translation).
30% of the study sample - mean age: 28.5 years, 76% urban - reported having attempted suicide.
Interview avec Michel Dorais (Translation).
Cover, Rob (2012). Queer Youth Suicide, Culture and Identity. Introduction. News Item: Same-sex marriage not the answer: expert (2012)...

Queer Youth Suicide by Rob Coverdorais-2012-book-etre-homo-franceleach-06-book-suicide-sexual-orientation-plus
Mort Ou FifDead Boys Can't DanceHomosexualites et Suicide
Death by Denial by Gary RemafediBook By Eric Rofes - 1983Book by Martin Ploderl


Visitor Numbers
Top of Page
Comments: - pierre@youth-suicide.com